Christian Joubert, un scandale d’Etat : quatre ans plus tard, je n’oublie pas!

Christian Joubert est décédé lundi 18 août 2014 des suites d’une longue maladie. Il y a 34 ans, Christian Joubert était le premier otage au Liban: l’otage oublié de la république.

Par Yves Bodard

Le 15 février 1984 alors qu’il sort de l’ambassade de France au Liban en pleine guerre civile, l’Orléanais Christian Joubert, ingénieur dans le secteur du bâtiment est poussé dans une voiture par deux éléments armés. Sa disparition passe inaperçue. Ses proches se mobilisent. Enlevé par le Hezbollah, «les fous de Dieu», Christian va vivre l’enfer pendant 62 jours dans des conditions de captivité inhumaine: « Bâillonné, j’avais les pieds et les mains liés, je dormais à même le sol sur une paillasses et on me nourrissait avec du foie crû » me confie t’il lors notre première rencontre.
« Je portais un bandeau sur les yeux et on me réveillait le matin en manipulant un pistolet automatique tout près des oreilles : Clic clac ». Pour compter les jours et se repérer, Christian Joubert compte les prières de ses ravisseurs. « Ils en faisaient 5 par jour » se souvient-il.

Il est libéré le 15 avril 1984 et rapatrié dans l’anonymat et l’indifférence par Europe assistance. L’ambassade de France lui demande de ne pas ébruiter l’affaire. Ce patriote, membre du RPR, inconditionnel du général De Gaulle obéit. Souffrant du syndrome des captifs et de problèmes de santé très invalidants, il ne retrouve pas son emploi. Brisé, Christian Joubert est reconnu inapte au travail et perçoit une pension d’invalidité.

Je me lie d’amitié avec le bonhomme et je décide de raconter son histoire dans mon bouquin « Vies cabossées et miettes d’espoir » pour le sortir de son anonymat et lui rendre sa dignité.

Aujourd’hui encore, la pilule ne passe pas et je continue d’accuser l’Etat français d’avoir « oublié » Christian Joubert et à tous les ministres qui m’ont écris, de finir de broyer la dignité de cet homme. J’ai fait des recherches et des journalistes savent ! Gilles Delafon ancien journaliste, installé pendant trois ans à Beyrouth et qui était il y a quelque temps sur la matinale de Canal+ rencontre Christian Joubert et lui consacre un chapitre dans son livre primé en 1988 : « Beyrouth, le soldats de l’Islam ». Il ne répond pas à mes sollicitations. Je continue mes recherches avec mes petits moyens et je découvre deux nouveaux livres qui évoquent l’otage Christian Joubert : « Le Liban entre la guerre et l’oubli » de Paul Blanc. Selon lui, Christian Joubert aurait été « un essai d’otage » et un an plus tard L’Etat français n’ayant pas appliqué le principe de précaution, ce sont les otages médiatisés, Carton, Fontaine, Kauffman qui ont payé le prix de l’oubli.

Il y  aussi cet autre livre de Thomas Gordon « Les armes secrètes de la CIA » qui évoque en quelques lignes la détention dans des conditions inhumaines de Christian Joubert livré à un médecin tortionnaire qui applique des techniques de déshumanisation sur les otages,le docteur AL-Aboub.Il reprend des techniques utilisées par les nazis dans les camps de concentration.J’en frémis de peur et de honte !

Je comprends pourquoi Christian n’a jamais pu se remettre de sa captivité et j’ai honte de la France qui ne l’a pas accompagné pour se réadapter. J’ai en mains le premier avis médical à sa sortie de captivité, la preuve aussi (conférence de presse) qu’à sa libération, il a été remis à l’Ambassade de France et aussi ce courrier, qui a été envoyé 10 jours après son retour en France par le chef de l’Etat, François Mitterrand, qui assure à la famille que toutes les recherches sont activés pour retrouver et libérer Christian Joubert alors que celui-ci a été rapatrié par Europe Ambulance 10 jours plus tôt. Comment se fait il que le président de la république française n’ait pas été informé par l’Ambassade de France de cette libération alors que l’otage américain en captivité avec Christian Joubert est pris en charge par les Etats-Unis ? Qui pour rechercher la vérité car ça pue le scandale d’Etat ?
Un petit travailleur social de rien du tout, sans réseau avec sa seule indignation en bandoulière ! Je suis dégoûté de cette indifférence des médias et de nos élus !!! Christian a fini sa vie avec une retraite de misère.

Vous avez  dit « OUBLI »,vous avez dit « Justice-Fraternité-Egalité », y’a même plus d’ordre dans nos valeurs. 

Yves Bodard

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.