Orléans marche pour le climat, 1 500 manifestants sur le pavé

Près de 1500 personnes sont venues à Orléans pour dire que sans Hulot le combat continuait pour la défense de l’environnement. A peu près autant ont manifesté à Tours et de nombreux défilés-climat ont eu lieu un peu partout en France.

“Hulot parti nous on, reste”: ce panneau brandit samedi à Orléans lors de la « marche pour le climat » résume bien l’ambiance de cette « mobilisation citoyenne » réussie. « On avait 400 inscrits sur les réseaux sociaux, on se retrouve à près de 1 500, c’est une belle réussite organisée en quelques jours » s’est réjouit Philippe Rabier de CityLab, un des organisateurs. Certes plusieurs

Philippe Rabier l’un des organisateurs sur Orléans.

La manifestation pour le climat sous un grand soleil traverse la Loire.

organisations de la « galaxie verte » étaient présentes tout comme des représentants de partis politiques, depuis LaRem jusqu’à l’extrême gauche avec le renfort de quelques élus politiques. Mais la rue, ou plutôt les quais de Loire noirs de monde, étaient d’abord occupés par des familles, des militants du quotidien, des citoyens mobilisés par les questions de l’environnement, contre le réchauffement climatique, les lobbies. La démission de Nicolas Hulot du ministère de l’Ecologie a en fait été ressentie par beaucoup comme un électrochoc, nécessitant des réponse concrètes comme cette marche pour le climat et une appropriation directe des questions environnementales par la société civile. Comme l’ont exprimé les organisateurs « la protection de l’environnement doit devenir la pierre angulaire des politiques publiques » qui doit déboucher sur un « grand plan d’investissement national en faveur de l’environnement et de la transition écologique ».  Cette mobilisation doit rester « pacifique et non violente » (comme le lavage samedi matin de la vitrine de la Société Générale pour dénoncer son implication active

 

« Nous somme la génération climat »

Mais cette marche qui s’est achevée quai de Prague sur la rive sud de la Loire se voulait aussi un manifeste et un appel à la mobilisation. Certes des réponses peuvent être apportées par nos pratiques quotidiennes (« sommes-nous tous irréprochables ?» s’est interrogé Philippe Rabier). Mais les réponses doivent avant tout être nationales, voire européenne, ou locales. « Une grande partie des réponses aux défis environnementaux peuvent être apportés par des élus locaux ou régionaux, alors interpellons les » ont appelé les organisateurs. Et un fois le pont George V (pour une fois heureusement libre de son flot automobile le samedi), traversé les marcheurs ont peu déposer leurs cahiers de doléances ou écrire leurs revendications qui seront transmises aux exécutifs locaux. Comme l’exprimait une jeune femme lors d’une prise de parole place de Loire : « nous sommes la génération climat » qui est en droit d’attendre des réponses à ses inquiétudes.

JJ.T

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bravo à Philippe RABIER pour avoir pris, avec d’autres associations, cette initiative pour le climat. Maintenant, aux politiques, aux syndicats, aux associations et surtout aux citoyens de poursuivre ce combat prioritaire.
    Michel RICOUD

  2. Certes, il fallait bien coordonner tout ça et merci à Philippe Rabier d’avoir répondu présent, avec quelques associations. Mais cette marche était avant tout citoyenne et n’en faisons pas une tribune pour un futur candidat aux municipales ! Merci à toutes les orléanaises et tous les orléanais présents.

  3. Ce sont les citoyens qui se sont emparés eux mêmes de cette idée de “marche pour le climat” et en ont fait un succès (principalement grâce aux réseaux sociaux). Sans intermédiaires politiques ou syndicaux ou associatifs, et ça, c’est nouveau. Les appels à participer de diverses organisations (associations et autres) ne sont venues qu’en appui.. A méditer..

  4. Bravo pour les marches “citoyennes” pour un combat prioritaire comme l’écrit Michel Ricoud.
    Par contre, je me demande si Nicolas Hulot est une icône ou une simple idole.
    Comme le disait Claude Allègre: ” Il envoie les gens rouler à vélo, mais, lui, fait ses affaires en hélicoptère”.
    Même les écologistes ne lui font pas confiance quand on voit les claques qu’il s’est prises lors des élection en leur sein.
    Ce combat prioritaire aurait peut être intérêt à ne pas se doter d’idoles aux pieds d’argile qui risquent un jour de s’effondrer de leur piedéstale entraînant dans leur chute la cause elle même ou tout au moins lui portant préjudice; cela peut inciter,comme aurait dit ma grand mère ” à remettre la défense de la cause … dans la culotte”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.