Orléans : la Charpenterie s’invite au conseil municipal

On connaît désormais les nouvelles enseignes « culturelles » qui s’installeront dans l’immeuble la Charpenterie à Orléans : une brasserie alsacienne et un bowling. Si le maire Olivier Carré se défend en indiquant qu’il a toujours été question d’une enseigne « culturelle ou de loisirs », une délibération du conseil municipal au sujet de la Sempat (Société d’économie mixte patrimoniale Orléans-Val de Loire) portant sur des modifications de l’actionnariat et la souscription de nouvelles actions a animé un conseil de routine, lundi 17 septembre.

La Charpenterie, plombée depuis deux ans par la fermeture de Passion culture.

À l’origine, c’était la librairie « Le Furet du Nord » qui était pressenti pour occuper l’immeuble vacant de la Charpenterie, en lieu et place de la librairie Passion culture, dont la fermeture, en 2016, avait suscité les passions. Mais apprenant la « fuite » d’une information que la mairie souhaitait garder secrète, les libraires d’Orléans avaient crié contre ce projet. « On a entendu les libraires qui s’élevaient contre le projet », explique Olivier Carré, répondant aux attaques, en conseil municipal lundi 17 septembre, de Corinne Leveleux-Teixeira (PS). « On a été sensibles à ne pas rajouter une offre de cette importance dans le centre-ville ». L’élue d’opposition socialiste avait demandé quelques précisions, en marge d’une délibération concernant la Sempat (Société d’économie mixte patrimoniale Orléans-Val de Loire), en s’interrogeant sur cet immeuble « toujours vide en 2018. Qu’en sera-t-il des loyers ? Seront-ils revus à la hausse ? Les travaux d’aménagement intérieurs seront-ils à la charge des repreneurs ? Le budget sera-t-il équilibré ? ». François Foussier, adjoint au maire le représentant au sein du conseil d’administration de la Sempat précise que « le projet était d’y installer une enseigne culturelle certes mais aussi de loisirs », rappelle que l’offre de restauration « n’existe pas aujourd’hui ni dans la ville ni dans la Métropole ». Les loyers seront 3 fois et demie voire quatre fois supérieurs à ce qui était prévu pour le Furet du Nord (60.000 €) soit 232.000 € par an pour l’ensemble du site. La Métropole demeure actionnaire à hauteur de 36 % et la Ville 34 %.

10.330 élèves ont fait leur rentrée scolaire à Orléans le 3 septembre

4.109 élèves en écoles maternelles, 6.221 en écoles élémentaires : les 10.330 élèves orléanais ont repris le chemin de l’école, lundi 3 septembre dernier. Des effectifs en hausse de 0,34 % ; depuis 2009, 4.439 élèves de plus sont scolarisés à Orléans, signe d’un dynamisme démographique et de la présence de familles sur le territoire communal. 21 ouvertures de classes pour 6 fermetures sont comptabilisées lors de cette rentrée. La plupart des élèves ont pu découvrir un certain nombre de travaux réalisés pendant les grandes vacances : 25 établissements ont bénéficié de remise à niveaux, de menuiserie, peintures, réhabilitations diverses, accessibilité, installations de visiophones, etc. Même l’opposition municipale, par la voix de Michel Ricoud, ne trouve rien à redire au sujet de ces importantes travaux : « je rends hommage à la majorité quand tant de classes restent engorgées. Je constate des progrès au niveau de la restauration depuis qu’elle est municipale, sur la place du bio et des circuits courts. Mais il y a encore trop de saturation dans les écoles et les collèges, il serait nécessaire de lancer le chantier d’un 3e établissement ».

« La rénovation des écoles orléanaises participe du bien-être des élèves et des équipes éducatives, et aussi n’en doutons pas de la réussite scolaire, je tiens à le souligner », indique pour sa part Philippe Pezet, adjoint aux finances et aux moyens généraux.

F.Sabourin

Afficher les commentaires