Jacqueline Sauvage ce lundi soir sur TF1 : Muriel Robin dans l’enfer conjugal

Ce crime, perpétré en 2012 dans le Loiret, défraya la chronique pendant 4 ans. Avec «Jacqueline Sauvage, c’était lui ou moi », Yves Rénier porte à l’écran l’une des affaires judiciaires les plus médiatisées. Condamnée à 10 ans de réclusion pour le meurtre de son mari, puis graciée par le Président Hollande en 2016, Jacqueline Sauvage est devenue un ‘figure’ de la lutte contre les violences conjugales. Le téléfilm est diffusé ce lundi soir à 21h sur TF1.  

Sur le tournage, Yves Rénier (réalisateur) et Muriel Robin (Jacqueline Sauvage)

« Je n’ose imaginer ce que ça devait être dans la réalité », confiait Muriel Robin à TF1, après avoir joué pendant 8 jours des scènes de violences avec Olivier Marchal (Norbert Marot). Celle qui a lancé un appel dans le JDD au Président Macron en mobilant près de 90 personnalités pour signer une pétition contre les violences faites aux femmes, incarnera ce soir Jacqueline Sauvage, dans le téléfilm diffusé par TF1, produit par Franck Calderon et réalisé par Yves Renier. 

L’histoire d’un calvaire dans le Loiret

47 ans de violences conjugales entre coups, humiliations, et abus sexuels sur elle et ses filles… Pour cette femme, mère de 4 enfants, c’est assez ! Le 10 septembre 2012, Jacqueline Marot (née Sauvage) abat son mari de trois balles dans le dos, à La Selle-sur-le-Bieds, près de Montargis, dans le Loiret. Son enfer, ses procès (en première instance puis en appel), sa condamnation… C’est toute cette affaire qui est relatée ce soir dans le téléfilm « Jacqueline Sauvage, c’était lui ou moi » (bande annonce).

Rencontre entre Yves Renier, Muriel Robin et Jacqueline Sauvage. ©TF1

Un nouveau rôle sombre et bouleversant pour Muriel Robin qui avait déjà incarné « Marie Besnard, l’empoissoneuse » en 2006 : « En tant que femme, le sujet des violences conjugales me touche particulièrement. Or, je trouve qu’il n’est pas abordé si souvent. Il est parfois mis en lumière médiatiquement puis s’éteint brutalement. Mettre un coup de projecteur ne me paraissait pas de trop. Il faut rappeler qu’une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint en France ». (Interview complète de Muriel Robin sur TF1)

‘Sauvons celles qui sont encore en vie’ 

Pour mémoire, les condamnations successives de Jacqueline Sauvage avaient suscité polémiques et débats sur la légitime défense dans le cadre des violences conjugales. En 2016, à la suite de la grâce présidentielle de Jacqueline Sauvage par François Hollande, une proposition de loi avait été suggérée par Valérie Boyer, députée LR, visant à rendre irresponsables pénalement certaines femmes victimes de violences conjugales, comme au Canada. Quelques mois plus tard, c’était au tour du Président Macron de faire de la lutte contre les violences faites aux femmes une de ses priorités :  « Le président de la République Emmanuel Macron a fait de l’égalité femmes-hommes la grande cause de son quinquennat ; et la lutte contre les violences faites aux femmes a été proclamée ‘grande cause nationale’ pour l’année 2018. Et pourtant, un silence assourdissant persiste », rappelle Muriel Robin dans sa pétition ‘Sauvons celles qui sont encore en vie’.

Un rassemblement dans toutes les villes de l’hexagone est proposé le 6 octobre.

E.B.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.