Indre : fermeture définitive de la maternité du Blanc

Après des mois d’incertitude, l’ARS et le directoire de l’hôpital de Châteauroux – le Blanc ont tranché et annoncé hier soir la fermeture définitive de la maternité du Blanc.

La nouvelle est tombée de la bouche d’un des médecins participant hier soir à la réunion du directoire programmée à l’hôpital de Châteauroux avec la directrice des soins de l’ARS. Le docteur Yaouanck, cardiologue à l’hôpital du Blanc, a quitté l’entretien avant sa fin devant l’inflexibilité des personnes présentes : la maternité du Blanc au sud de l’Indre, seul centre dans un rayon d’une heure de route, ne rouvrira pas. C’est la préconisation annoncée, conclusion de l’audit demandé par l’Agence régionale de Santé Centre – Val de Loire qui s’est déroulée tout au long du mois de septembre et que compte bien suivre à la lettre les décisionnaires. Après trois mois de suspense autour de son maintien, les efforts menés par les Blancois pour garder leur établissement ont donc été réduits à néant.

Lors d’un “haka”, élus et manifestants ont crié leur rage.

Au pied du bâtiment, environ 150 manifestants venus spécialement de la Brenne, dégoutés, immensément déçus, ont réagi vivement. Après avoir exécuté un haka, repris des chansons, taggué la porte de la direction et taper sur les volets immuablement clos, quelques personnes ont jeté des tomates pourries sur la façade et eu un début d’échauffourée avec les forces de l’ordre présentes pour l’occasion. En signe de protestation, Annick Gombert, maire du Blanc a immédiatement annoncé que son conseil municipal démissionnerait le lendemain. Une session extraordinaire est prévue ce soir, 19 h, en mairie. D’autres maires des communes environnantes ont l’intention d’en faire autant. Plusieurs ont d’ailleurs symboliquement brûlé le portrait d’Emmanuel Macron devant les portes de l’hôpital.

Mais pour autant, les élus ne souhaitent pas encore s’avouer vaincus. Pour Jean-Paul Chanteguet, ex-député de la circonscription et actuel président du Parc naturel régional de la Brenne, la survie de la maternité dépend maintenant de son successeur, François Jolivet (LREM) et de sa capacité à défendre la survie de cet établissement au plus haut lieu. Il s’est à plusieurs reprises positionné en faveur de son maintien.

Morgane Thimel

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.