“Roch et Carolina” par Frédéric Cuillerier-Desroches

Rien de nouveau sous le soleil. Ce n’est pas d’aujourd’hui que la France est une terre d’immigration. D’émigration économique. Frédéric Cuillerier,-Desroches une des figures des collectivités locales du Loiret depuis quelques décennies, a une autre corde à son arc que son entreprise et la vie politique.

Le président des maires du Loiret écrit des romans. Son dernier ouvrage « Roch et Carolina » (aux éditions Sydney Laurent) nous plonge au milieu du xix ème siècle. Nous suivons le couple et toute la communauté du Tessin, région de Suisse de langue italienne, où à l’époque la misère est telle qu’il ne leur reste que la fuite vers des cieux plus cléments. Ce sera Paris et la Porte de la Chapelle pour des conditions de vie misérables, après avoir passé le Saint-Gothard à pied dans la neige.  Roch devient vitrier, ces petits métiers que favorisent les grands travaux du baron Hausmann. Carolina est couturière et ils vivent au quotidien cette histoire agitée de la France. Tours à tour, c’est l’Exposition Universelle, puis la guerre de 1870, Paris assiégé par les Prussiens, Gambetta qui s’enfui en ballon…

Et puis surtout la Commune, Roch est du côté du petit peuple, lui et sa famille le paieront cher. Avec la description de la Commune, ses barricades, la répression féroce de Thiers, des Versaillais, Frédéric  Cuillerier tient son morceau de bravoure. Par instant on croit apercevoir Gavroche.« Il n’eut pas le temps d’achever son mot qu’un tir premier d’artillerie frappa la rue juste devant la barricade, puis un deuxième, puis un troisième…Le combat semblait inégal mais la détermination des Communards était totale…Roche et Antonio réussirent à évacuer deux blessés et à les transporter dans la cave afin que les femmes les soignent. L’un deux mourut dans la matinée. Les Communards purent alors se replier sur la deuxième barricade, où arrivèrent quelques renforts. »

Sept mandat à la mairie de Saint Ay.

L’auteur convoque, l’espoir, la tragédie, dans ce roman basé sur la grande Histoire de France mais aussi sur une histoire vraie. A hauteur d’immigrés, il nous fait traverser l’époque la Troisième République, avec des page de belles épopées, une fresque du quotidien, où l’on sent poindre la Grande guerre. Chacun y trouvera les correspondances qu’il veut avec  les drames vécus par ceux qui  veulent nous rejoindre aujourd’hui. Ce roman a incontestablement du souffle avec de discrets clins d’œil vers notre région, on y surprend même un citoyen de Saint-Ay (Loiret) village dont Frédéric Cuillerier est le maire. Tout se recoupe.

Ch.B

-Roch et Carolina aux éditions Syndey Laurent, par Frédéric Cuillerier, 347 pages, 19,90€.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.