Le Civil et le religieux

Quiconque connaît tant soit peu Pierre Muckensturm sait combien le personnage est posé, réfléchi. Quiconque a déjà assisté à une conférence de lui – il en fait une mercredi 18 octobre à 18h à l’auditorium de la Médiathèque d’Orléans sur L’Enseignement sous la Révolution – s’est senti en sortant plus intelligent qu’avant. J’ai souvent pensé que si j’avais eu un professeur de philosophie comme lui, je n’aurais pas eu 6 au bac tant il rend lumineux les concepts les plus austères, les plus abscons, qu’il manie.

L’œil toujours ouvert sur le monde comme il va, il a produit juste avant l’été, discrètement, trop discrètement, à L’Harmattan, une maison d‘édition caractérisée pour sa production abondante et sa promotion commerciale discrète – il faut chaque fois passer commande au libraire — , un remarquable petit livre, Le Civil et le religieux.

Pierre Muckensturm y livre des clés et des pistes de réflexion qui permettent de comprendre la signification et les enjeux des débats qui agitent actuellement notre société autour de la laïcité, du retour du religieux, de la compatibilité de l’islam avec les valeurs de la République, etc. Il montre avec netteté les lignes de clivage qui opposent la nécessité d’organisation civile et d’adaptation permanente au monde de la société au besoin d‘absolu trouvé dans la religion. Il fait comprendre les raisons de la résurgence après des périodes relatives d’accalmie d’un conflit sans doute inévitablement permanent.

J’en ai trouvé la lecture passionnante et recommande vivement cet ouvrage à quiconque a envie de nourrir sa réflexion sur l’évolution actuelle de la société.

Gérard Hocmard

 

Afficher les commentaires