Fany Pidoux (PS) répond à Gérard Hocmard sur la Clause de conscience

Fany Pidoux (PS), conseillère régionale déléguée pour l’égalité femme homme, la lutte contre les discriminations et le handicap répond au billet de notre chroniqueur Gérard Hocmard sur la clause de conscience. Nous lui donnons volontiers la parole.

Fanny Pidoux

“A la lecture de votre billet, M. Gérard Hocmard, nous pouvons constater que vous n’avez pas de mots assez durs face à la proposition de la sénatrice socialiste Laurence Rossignol quant à la suppression de la clause de conscience dans le cadre du droit à l’interruption volontaire de grossesse.

Vous en appelez au droit de retrait, à la morale, au totalitarisme. Vous donnez même l’impression que l’on a recourt à cet acte comme on consomme des friandises.

Avant de vous rappeler la réalité qu’est le droit à l’avortement en France, rapidement je répondrai à cela.

Tout d’abord le droit de retrait répond à la nécessité de se protéger face à un danger réel et immédiat, le plus souvent physique.

La morale, elle, est une notion bien trop vaste qui peut être utilisée et manipulée selon les uns et les autres, c’est d’ailleurs pour cela qu’en démocratie la notion de morale a été substituée par des règles de droit nous permettant de faire société, d’être reconnues comme une démocratie.

En dernier lieu, la référence au totalitarisme, discrédite à lui seul le propos. J’emprunterai cette formule, tous ce qui est excessif est insignifiant.

Quant à votre opinion sur le droit à l’avortement, assez patriarcal vous me l’accorderez.

Vous semblez nier que derrière cet acte il existe toujours une histoire, une complexité, une situation de détresse le plus souvent. Pire vous n’avez pas conscience « du parcours de la combattante » que ces femmes traversent. 

Nous avons l’impression que la souffrance endurée est légitime comme s’il fallait faire pénitence. Il y a bien à vous lire une notion qui traverse le billet, que cette épreuve est une punition, que les difficultés rencontrées ne sont que le châtiment face à des femmes qui sont coupables de la situation.

Cette volonté que la femme souffre pour qu’elle puisse jouir de son droit est contraire à l’exigence de justice en démocratie. Le fait qu’un droit ne puisse être appliqué que dans l’adversité c’est nier le principe d’égalité face au droit, un fondement démocratique.

Oui, un fondement en droit, c’est un pilier, c’est rarement un alinéa dans une loi qui provoque une rupture.

Si’il fallait en appeler au fondement du droit, au droit à l’avortement, préférons lui adosser les fondements de liberté, liberté de disposer de son corps, d’égalité, d’égalité d’accès au droit, de fraternité, de bienveillance face à ces femmes qui vivent une épreuve personnelle.”

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Si l on peut comprenddre le difficile choix pour un médecin d effectuer un acte médical allant à l encontre de ses convictions religieuses ou morale, il n en demeure pas moins qu’ il doit de plier aux règles de son pays que cela lui plaise ou non. Chaque citoyen de trouve dans cette situation et doit se plier à la loi que cela lui plaise ou non.
    Par ailleurs , quand on relit l article du Code du travail l application en l espèce apparaît assez abusivement utilisee; il y a une interprétation pour le moins trop extensive des termes de sa rédaction.

  2. A mon sens, le Droit est le Droit et doit être respecté.
    Mais le Droit n’est pas la Morale ! Et la “Clause de Conscience”, alléguée par certains médecins au regard de leurs propres convictions religieuses ou philosophiques pour refuser de pratiquer une IVG, n’a pas moins de Légitimité que la Loi.
    La polémique est simplement une question de point de vue. A l’évidence, ce qu’on demande au médecin n’est aucunement une “solution à un problème”, comme le qualifie un peu abruptement le pape François, c’est surtout un “pis-aller” permettant d’éviter les pratiques moyenâgeuses trop souvent dramatiques du recours aux aiguilles à tricoter…
    Mais surtout, la véritable “Clause de Conscience” revendiquée par ces médecins n’est pas la leur… C’est avant tout celle de la femme qui, se sentant incapable d’assumer une maternité, se résout à avoir recours à leur service.
    Reste la question éthique de la “définition” d’un embryon de 10 semaines… Est-ce déjà une “personne humaine” capable de sentiments et d’émotions même à ce stade précoce, ou juste un “alien”, une boule de chair étrangère se développant comme un parasite aux dépens de son hôtesse ?… Tout est là.

  3. Depuis le 18 septembre 1981, en France, il n’est plus nécessaire d’obliger un être humain, à supprimer légalement la vie d’un autre humain !
    Alors, gens du PS, du PC, Insoumis et autres gauchistes (et quelques non-gauchistes) ; expliquez moi pourquoi, un médecin deviendrait un bourreau, s’il ne souhaite pas l’être ?
    Lorsqu’il y a un problème médical ou un risque pour la mère, je sais que les médecins n’hésitent pas à faire leur travail !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.