Région : cinq centres Afpa vont fermer

En marge de la session plénière du Conseil régional jeudi 18 octobre, François Bonneau a annoncé la fermeture de cinq centres Afpa (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes) sur les dix implantés en région.

Il était attendu avec impatience, le projet de réorganisation de l’Afpa (association des centres de formations pour adultes). Depuis jeudi 18 octobre on en sait un peu plus, et la nouvelle fait l’effet d’une bombe dans l’hémicycle régional : les centres Afpa de Blois, Châteauroux, Issoudun, Montargis et Veigné (près de Tours) seraient menacés de fermeture. “L’objectif du gouvernement est de réduire, au niveau national, le personnel de 10 %” a indiqué François Bonneau.

Les centres d’Olivet, Chartres, Dreux, Tours et Bourges ne seraient pas, eux, menacés de fermeture.

La situation de l’Afpa est très compliquée depuis plusieurs années : à partir de 2012, des pertes cumulées s’élevaient à hauteur de 725 M€ (audit de l’Inspection générale des finances). En 2017, le chiffre d’affaires accusait un recul de 14 % (738 M€). Pour pouvoir finir l’année, l’État avait réinjecté 33 M€. Un peu moins de 8.000 personnes sont salariées de l’Afpa. (source : Le Monde.fr).

« Le choc, dans l’Indre, risque d’être frontal »

Dominique Roullet, conseiller régional de l’Indre, et 1er maire-adjoint d’Issoudun :

« Nous on fait de l’aménagement du territoire, le gouvernement fait du déménagement du territoire. Dans l’Indre il n’y aura plus de centre, on va d’ailleurs se retrouver avec des friches. À Issoudun, pourtant à la pointe du recrutement national sur les formations audiovisuelles, nous y avons investi des dizaines de millions d’euros, il y a un partenariat avec l’INA, qu’est-ce que tout cela va devenir ? Et Châteauroux, les plateaux techniques rénovés il y a quelques années… Je vous le dis : le choc dans l’Indre va être frontal ».

Réactions de François Bonneau, président de Centre-Val de Loire, d’Isabelle Gaudron, vice-présidente déléguée à la formation professionnelle, et des présidents de l’ensemble des groupes politiques de l’assemblée régionale :

“Pas moins de 5 centres de formation sont nommément menacés de fermeture : Issoudun, Châteauroux, Blois, Montargis, Veigné. Des dizaines d’emplois sont concernés. Cette décision brutale, prise sans concertation avec la Région et les élus locaux, est une aberration totale pour les demandeurs d’emploi, les entreprises et les territoires de notre région.

En Centre-Val de Loire, l’AFPA est le premier opérateur régional de formation avec une commande publique de près de 2.000 places par an pour un montant de 14 M€. Elle participe jusqu’à aujourd’hui au maillage de notre territoire pour que chacun puisse se former près de chez lui en lien avec des emplois identifiés.
Remettre en cause l’existence de 5 sites en Centre-Val de Loire, c’est casser notre offre régionale de formation. C’est un coup dur et violent porté à l’emploi alors que nous nous sommes engagés dès cette année, dans le Plan Investissement Compétences où l’AFPA a toute sa place.

Nous nous opposons à ce plan brutal de casse de la formation en Centre-Val de Loire, en contradiction avec la mobilisation régionale pour développer la formation et l’emploi. Notre région est la première de France engagée pour la formation des demandeurs d’emplois.

Nous demandons un moratoire immédiat sur la fermeture des centres d’Issoudun, Châteauroux, Blois, Montargis, Veigné et l’ouverture d’une concertation avec la Région et les élus locaux.
Nous mandatons le Président pour mener toute action de défense de la présence de l’AFPA dans nos territoires pour les demandeurs d’emploi, les entreprises et les territoires de notre région”.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.