Blois, fermeture de l’Afpa : quel sera le sort des migrants accueillis dans le CAO ?

On n’en sait pas beaucoup plus sur le sort des 48 migrants (source Afpa) du CAO (Centre d’accueil et d’orientation) de l’Afpa de Blois, mais un peu quand même.

L’entrée du centre Afpa de Blois, qui est aussi un CAO (Centre d’accueil et d’orientation) de migrants.

Dès vendredi 19 octobre, au lendemain de l’annonce de la fermeture très probable de l’Afpa de Blois, des lecteurs nous ont saisis du devenir des migrants abrités dans ses locaux transformés en CAO depuis le 30 octobre 2015. C’est là que ça s’est gâté : nous avons interrogé la préfecture de Loir-et-Cher pour savoir combien de migrants y sont toujours accueillis, et s’ils avaient une idée de leur devenir en cas de fermeture. À ce jour nous attendons toujours une réponse plus précise que celle-ci, apportée lundi dans l’après-midi après de multiples relances : « Visiblement c’est le site actuel qui fermera, mais l’AFPA gardera une présence à Blois, en centre-ville, dans un centre qui reste à définir ». Des « vérifications sont en cours » pour connaître le nombre exact de migrants qui se trouvent dans ce CAO. On attend toujours…

La direction de la communication de l’Afpa nationale a elle aussi un peu tardé à réagir à nos demandes de précisions (à sa décharge il y a eu le week-end entre les deux), mais a donné dans la soirée du 22 octobre quelques éléments : « L’Afpa accueille en année pleine, dans ses centres d’accueil et d’orientation (CAO), près d’un millier de migrants. Dans le cadre de son plan de transformation, l’Afpa envisage de fermer un certain nombre de centres de formation qui accueillent des CAO. En tout état de cause si ces fermetures devaient se concrétiser, elles ne sont quoiqu’il en soit pas envisagées avant plusieurs mois et d’ici là, les Directions régionales de l’Afpa auront fait le nécessaire pour proposer aux préfectures de transférer les CAO sur un autre site et accueillir les personnes concernées ».

À Blois, le centre Afpa serait, toujours selon la direction de la communication (dans un communiqué du 19 octobre) « relocalisé en cœur de ville en centre 2.0 ». Pour les non initiés, « 2.0 » signifie généralement « dématérialisé ». On imagine mal comment ces migrants vont pouvoir s’insérer dans cette « stratégie »… À suivre donc.

F.S.

Afficher les commentaires