Les Parlementaires du Loiret bataillent contre les violences

Au Sénat, Jean-Pierre Sueur intervient sur les agressions dont sont victimes les sapeurs-pompiers. Dans le cadre de la procédure de législation en commission, une proposition de loi a été adoptée par le Sénat permettant la représentation des personnels administratifs et techniques spécialisés au sein des conseils d’administration des Services départementaux d’incendie et de secours (SDIS).

Des renforts de pompiers venu

“Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, a interpellé en cette occasion M. Laurent  Nunes, nouveau secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur au sujet des agressions, qu’il a qualifiées d’ « odieuses », qui ont eu lieu encore récemment à l’égard de sapeurs-pompiers qui interviennent pour porter secours à nos concitoyens, demandant des sanctions très fermes et sévères. Ce dernier lui a répondu que le ministre de l’Intérieur a écrit à tous les préfets pour insister auprès d’eux sur la nécessité de la bonne mise en œuvre de conventions entre les SDIS et les services de gendarmerie et de police permettant des pré-alertes, et favorisant la prévention et la répression de ces  agressions.”

Après la vidéo du lycéen braquant le prof

Jean-Pierre Sueur.

Claude de Ganay.

De son côté à l’Assemblée, Claude de Ganay, Député du Loiret (LR), a souhaité réagir à la vidéo du lycéen braquant une arme factice sur son enseignante.

“L’écho qu’a trouvé cet incident, notamment sur les réseaux sociaux, témoigne du désarroi d’un corps enseignant qui souffre du manque de soutien de sa hiérarchie. La moitié des agressions verbales ou physiques se concentre dans seulement un dixième des collèges et lycées publics. Si le Ministre de l’Education Nationale veut « rétablir l’ordre et l’autorité dans tous les établissements », Claude de Ganay juge insuffisantes les solutions avancées par le Gouvernement. Ce n’est pas en prônant l’interdiction des téléphones portables dans l’enceinte de nos écoles que nous éradiquerons la violence déresponsabilisée chez les mineurs.
Claude de Ganay souhaite rappeler qu’il avait déposé en novembre 2012 une proposition de loi visant à prévenir et lutter contre la violence en milieu scolaire, avec un mécanisme d’avertissement crédible assorti de sanctions incitatives. Ce phénomène avait été minimisé dans son
ampleur, en particulier par des députés désormais membres de la majorité. L’actualité démontre que cette proposition de loi n’a en rien perdu de sa pertinence, et pourrait même être étendue aux violences entre élèves (38% des incidents graves), afin de rendre à nos collèges et lycées le
calme nécessaire à la bonne formation de notre jeunesse.”

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Inadmissible d’agresser ceux qui viennent sauver des vies, inadmissible mais ce n’est pas nouveau, à chaque incident, on découvre le problème.
    Oh là là, M. Sueur quelle nouvelle, j’appelle cela de la posture ; pareil pour la prof agressée M. de Ganay, même attitude que M. le sénateur ! Qu’allez vous changer à ces problèmes, vous avez l’air bien motivé, depuis le temps !

    A une certaine époque et longtemps c’était les employés de banque qui se faisait braquer.
    Qui pour s’en émouvoir ? Peu de monde, peu de journaux (parfois 4 lignes et souvent 4 lignes de conneries), même pas l’employeur (il en avait quasiment rien à foutre), tant que le sang n’avait pas coulé !
    Mais le traumatisme était là quand même, la trouille quand ça vous prend aux tripes, ça ne vous lâche pas et il faut retourner bosser quand même dans les mêmes conditions !
    Ceux qui se sont retrouvés face au canon d’un flingue sont légions dans ce métier et se plaindre aurait été signe de lâcheté. Certains n’ont jamais repris le travail (dépression), certains ont démissionné, d’autres ont été licenciés (arrêt de maladie trop long) !

  2. Depuis des décennies le problème montre et ne se démonte pas, la paix sociale leur paraît plus importante que le démantèlement des bandes qui se sont organisées en gangs.
    Les mafias locales à encore de beaux jours, car nos responsables politiques ne prendrons pas le risque de mettre le feux aux banlieues pour reprendre le contrôle des territoires abandonnés.

  3. Les enseignants “plutôt” bien à gauche depuis toujours, récoltent le fruit des enseignements prodigués depuis 40 ans et de la politique de l’autruche.
    La plupart des enseignants retraités maintenant sont responsables des problèmes d’aujourd’hui. Ils ont fait du mauvais travail, pour donner une image rapide “touche pas à mes chérubins” ! La bonne éducation se transmet, la mauvaise aussi surtout à ce niveau.
    Ils n’ont pas de chance nos enseignants actuels, déjà pour l’héritage et que peuvent-ils enseigner à des gars comme ça, voyous en 2018, récupérés par les islamistes dans 4-5 ans !
    Ce n’est qu’un constat, hélas. Marion Maréchal qui s’est mise en retrait, réapparaîtra au bon moment. Tant pis, nous sommes partis pour, puisqu’il le faut, welcome MM !

Les commentaires pour cet article sont clos.