Nouvelle Calédonie: les réactions

Magcentre les avait réunis, lors d’un débat en amont de l’événement le 25 octobre, organisé et animé par Philippe Voisin. Celui-ci a recueilli leur réaction après les résultats du référendum de dimanche.
————————————————————–
 
Jean François Merle, ancien conseiller de Michel Rocard pendant les événements de 1988:
“Le chapitre de la décolonisation n’est pas clos”
 
“Le plus remarquable, dans les résultats du référendum du 4 novembre sur l’accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté, c’est le taux de participation extrêmement élevé (plus de 80 %). Beaucoup d’observateurs ont relevé la forte mobilisation des jeunes qui votaient plus la première fois. C’est un signe de vitalité démocratique.
Le deuxième enseignement, c’est que contrairement à ce que laissaient entendre les sondages, il n’y a pas de décrochage dans l’aspiration à l’indépendance de la communauté kanak qui, à plus de 80 %, s’est prononcée pour le “oui”. Il y a même une relative progression dans certaines communes, montrant que l’indépendance fait sans doute moins peur qu’il y a vingt ou trente ans. De ce point de vue, c’est un résultat qui prémunit contre toute tentation de retour en arrière, qui s’était faite jour ces dernières semaines.
Pour autant, le chapitre de la décolonisation n’est pas clos, et il est utile que le Premier ministre se soit rendu sans délai en Nouvelle-Calédonie pour inviter à la poursuite du dialogue. Au surplus, la décolonisation institutionnelle est une chose, la décolonisation des esprits en est une autre : mais le climat globalement apaisé dans lequel s’est déroulé le scrutin montre que la volonté de vivre ensemble s’enracine et que le destin commun continue à se construire.”
 
Emmanuel Kasarherou, conservateur en chef du patrimoine au musée du quai Branly, spécialiste de l’art kanak: surprises !”

Emmanuel Kasarherou, @Jean-Luc Bouland


“Ce qui m’a marqué, c’est le taux de participation très élevé, ce qui montre l’importance accordée par la population à cette consultation. Elle a démontré qu’elle est très concernée par les enjeux du référendum. La population calédonienne s’inscrit dans un processus démocratique durable. Elle affirme sa maturité politique.
 
L’autre surprise, c’est le pourcentage du oui à l’indépendance que les sondages n’ont pas su révéler. Avec plus de 40%, la mobilisation des indépendantistes a été très importante notamment dans le pays kanak. Ça marque encore plus la présence de 2 pays avec 2 visions diamétralement opposées.
L’érosion générationelle n’a pas eu lieu. Les jeunes se sont déplacés nombreux dans les bureaux de vote. Ils ont confirmé les clivages anciens. On constate une grande continuité entre les forces en présence depuis 30 ans.
 
Pour demain, on ne peut pas faire l’économie des 2 référendums prévus par les accords de Nouméa ; mais je crains qu’ils entretiennent une forme de division.
Je reste optimiste, nous avons démontré que nous nous savons trouver les chemins qui nous conduisent au destin commun.”
 
Jean Pierre Sueur, sénateur socialiste, co-rapporteur d’une mission de préparation du référendum de Nouvelle-Calédonie: “fidélité aux accords de Nouméa” 
 

Jean-Pierre Sueur.

 

“Après l’annonce des résultats du référendum sur l’avenir de la Nouvelle Calédonie, je pense d’abord à Jean-Marie Tjibaou et Jacques Lafleur à qui il a fallu un courage extraordinaire pour se donner la main après des années de déchirements et de drames.
Je pense aussi à Michel Rocard qui a su trouver le chemin d’une « résolution non violente » d’un conflit lourd et ancien, ce qui reste et restera un exemple.
Ceci dit, le non l’a emporté clairement. La Calédonie restera en France. Et il faut maintenant, sur la base de ce résultat, préparer l’avenir.
Cela doit passer par de nouveaux dialogues, de nouveaux projets pour conforter le « vivre ensemble » de toutes celles et tous ceux qui vivent sur cette terre.
De même qu’il a été sage que ni la présidence de la République ni le gouvernement ne s’engagent dans la campagne du référendum, par fidélité à ces accords, il faudra respecter scrupuleusement ce qui a été inscrit dans la Constitution – à savoir que deux nouveaux référendums restent possibles.”
 
 
 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.