Les restaurateurs prennent la parole lors d’assises régionales

Près de 150 restaurateurs se sont retrouvés à Blois  le 5 novembre pour faire part de leurs difficultés et des pistes à explorer.

Depuis 3 ans maintenant le conseil régional Centre-Val de Loire et la CCI régionale convient les restaurateurs de la région à se retrouver lors « d’assises régionales de la restauration ». Une occasion de « faire remonter la parole », mais aussi les mécontentements ou les revendications. Et elles sont nombreuses notamment au niveau du recrutement et de l’emploi. Mais les organisateurs ne venaient pas les mains vides pour ces assises organisées lundi au lycée hôtelier de lois. Plusieurs initiatives sont en effet lancées et notamment une opération-pilote en Loir-et-Cher « à table pour l’emploi ».

Lancée sur plusieurs mois par l’État, la Région et le syndicat UMIH, elle vise à mobiliser tous les partenaires (formation, demandeurs d’emploi, élus, restaurateurs) avec de nombreuses opérations de promotion. Objectif : mieux faire connaître les métiers de la restauration, redorer son image et donc attirer des jeunes.

C. de Crémiers et Y. Saumet.

« La restauration possède un potentiel de développement considérable explique Yvan Saumet, vice-président de la CCI régionale mais il faut aider les professionnels à répondre aux nouvelles attentes des consommateurs ». « Mais on est à l’agonie s’émeut Sabine Ferrand, présidente de la l’Umih 41, si on ne peut plus recruter ou garder nos personnels, nos métiers finiront par s’éteindre ». Et de dénoncer également la coopération imparfaite avec l’éducation Nationale notamment pour l’orientation dans les collèges. « Mais nous devons aussi nous adapter, réinventer notre logiciel insiste Jean-Louis Jama, ancien président de l’Umih 45, améliorer les conditions de travail de nos jeunes, leur donner trois jours consécutifs de repos, repenser la coupure, favoriser leurs loisirs etc. ». Construire une « nouvelle image de marque » qui pourrait créer 400 000 emplois dans la restauration. Mais la recette n’est pourtant pas infaillible : des restaurateurs se sont engagés dans cette politique « sociale » mais sans pour autant que cela facilite le recrutement ou la fidélisation du personnel.

Deux millions de touristes supplémentaires ?

(à g.) Sabine Ferrand, présidente de la l’UMIH 41

Pour aider la profession, région et CCI ont ouvert une page Facebook (https://www.facebook.com/RestaurateursCVDL/) ainsi qu’un groupe pour créer une « communauté de restaurateurs ». Quinze jours après son ouverture le 15 octobre la page compte déjà 1000 abonnés et le groupe 200 fidèles. Mais l’avenir de la restauration du Centre-Val de Loire (« une région où l’on mange naturellement bien ») repose aussi sur l’engagement des restaurateurs en faveur de la qualité, des produits mais aussi des services. 140 professionnels ont obtenu une reconnaissance de maître-restaurateur, seul titre reconnu par l’État. La région finance désormais 50% de l’audit pour décrocher le label, ce qui pourrait amener une quarantaine de nouveaux professionnels à franchir le pas.

« L’avenir n’est pas bouché dans la région insiste Christelle de Crémiers vice-présidente de la région, nous avons d’immenses opportunités à saisir en 2019 ». La célébration l’an prochain des 500 ans de l’arrivée de la Renaissances en Val de Loire, de la mort de Léonard de Vinci et de la mise en chantier du château de Chambord peuvent en effet attirer « un à deux millions de touristes supplémentaires » et donc de potentiels clients des restaurateurs. Près de 500 projets seront labellisés « Renaissance » dans la région, avec une promotion de l’opération dans 11 pays étrangers, tandis que les restaurateurs pourront proposer des « menus Renaissances » à leurs clients. Un véritable défi à relever pour peu que les restaurateurs saisissent cette opportunité.

JJT

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.