La trahison en politique (par Jean Garrigues)…vaste sujet, ce mercredi à Orléans

Jean Garrigues viendra présenter dans le cadre d'”Amphi de l’actualité” le dernier ouvrage  (collectif) qu’il a dirigé sur la trahison politique (La République des traîtres, de 1958 à nos jours chez Tallandier) le mercredi 14 novembre à 18h à la fac de droit d’Orléans (amphithéâtre Revigny).
Vaste sujet auquel s’est attelé le professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Orléans et pensionnaire des plateaux TV qui avait notamment écrit auparavant sur l’homme providentiel. Y a t-il un lien entre les deux comme César a généré Brutus? 

Jean Garrigues.

Sous la cinquième République, la trahison est souvent l’apanage des Premiers ministres ou d’un ministre d’Etat et l’on pense immédiatement à Sarkozy et Chirac, et au début de la Cinquième à Georges Pompidou qui attendait son heure pour “lâcher” de Gaulle, embourbé dans son référendum sur la décentralisation. Plus près de nous, Emmanuel Macron lorsqu’il était à Bercy a manœuvré sans que François Hollande s’en alerte dans un premier temps, jusqu’à forcer le Président sortant à ne pas se représenter. Traîtres aussi, les ministres démissionnaires, on pense à Nicolas Hulot qui choisit France Inter pour l’annoncer avant d’en avoir informé le président? Et à Gérard Collomb qui tord le bras de Macron pour s’en retourner à Lyon? Ce qui était quand même pousser le …bouchon Lyonnais assez loin.

Ch.B

Conférence de Jean Garrigues, avec La République des traîtres, le mercredi 14 novembre à la fac de Droit d’Economie et de Gestion à Orléans la Source.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Les premiers exemples de l’article pourraient éventuellement être considérés comme des traitrises, mais en fait il ne s’agit que de comportements inhérents à la politique. Par contre l’annonce de la démission de Nicolas Hulot, en direct à la radio, peut être un manque d’égard envers le Président, mais pas d’une traitrise, c’est au contraire courageux et transparents envers les citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.