Football: faut-il un stade de 12 000 places, la jauge de Ligue 1, à Orléans?

A l’heure où Orléans Métropole va discuter (jeudi) du basculement des compétence sportives des communes vers la métropole, y compris en matière de subventions aux grands clubs (USO foot, Orléans basket, Fleury et Saran en hand-ball), un candidat affirmé à la mairie d’Orléans, Tahar Ben Chaabane, avec sa liste “Réveiller Orléans“, met les pieds dans le plat et demande à ce qu’Orléans se dote d’un stade d’une capacité de 12 000 places, la jauge minimum pour jouer en Ligue 1.

Affluence au stade de La Source (contre Grenoble).

Alors certes, cette proposition tombe un peu mal dans la mesure où l’USO après avoir été sur un petit nuage avec ses six victoires d’affilé en Ligue 2 et une belle cinquième place, vient de perdre deux matches de suite 3-0. Mais rien ne dit qu’un jour l’US Orléans ne se donnera pas les moyens d’avoir un club de Ligue 1. Après tout, des agglomérations moins importantes qu’Orléans, ou identiques, Auxerre, Angers, Reims, Caen… ont, ou ont eu, des équipes en Ligue 1 et les stades qui vont avec,

La tribune Vagner.

Comme il parait délicat de construire un équipement commun pour le basket et pour le foot, sauf à  imaginer un CoMet dont le toit s’ouvrirait un coup sur un parquet, un coup sur une pelouse (!), ce passage à 12 000 places (capacité actuelle 7 500), nécessiterait un agrandissement du stade de La Source. Rappelons que six millions d’euros ont été nécessaires lors de la mise aux normes de Ligue

2 en 2014. Alors que l’équipe de basket Orléans Loiret basket est en Pro B, elle va bénéficier, en 2021 si tout va bien, d’une grande salle de 10 000 places avec le projet CoMet. La guerre foot-basket aura t-elle lieu à Orléans?

Ch.B

 

 

Le communiqué de Tahar Ben Chaabane et de sa future liste “Réveiller Orléans”

“Malgré le manque criant d’ambition de certains élus, Orléans reste une place forte du football  français. Le passé de l’USO football est connu de tous et nombreux sont les Orléanais, les habitants de la Métropole et du Loiret à désirer une renaissance en phase avec ce passé.
Depuis plusieurs années, et grâce à l’investissement et l’implication de la direction actuelle, le club a réussi à trouver sa place dans le football professionnel. La qualification de l’USO pour les huitièmes de finale de la coupe de la Ligue montre que le club peut et doit être en mesure d’appartenir, un jour, à l’élite du football français. Pour ce faire et sans interférer dans la gestion du club qui est du ressort de ses dirigeants, l’État et les collectivités locales (mairie d’Orléans, Métropole, Conseil départemental et Région) doivent accompagner et outiller le club pour franchir cette étape vers la Ligue 1. Aussi, nous estimons que la construction d’une enceinte sportive dédiée au football est absolument nécessaire à Orléans.
Pour passer de la proclamation aux actes, la liste « Réveiller Orléans » inscrira formellement et expressément la construction d’un nouveau stade de football de 12.000 places, jauge minimale requise pour évoluer en Ligue 1. Ce projet se fera en concertation avec le club, les supporters et tous les citoyens intéressés. Une réalisation qui répondra aux impératifs écologiques et environnementaux”. 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Même en faisant une bonne saison en L2, l’USO remplit le stade de La Source à 53/54 %. quelle serait l’intérêt d’avoir un stade de 12000 places rempli à 33 % ? Un stade qui sonnerait encore plus le creux. Plus globalement le foot de L2 attire de moins en moins en France. On y voit bien des stades de 20 000 places et plus avec 5 ou 6000 personnes. La France n’est pas un pays de football comme l’Allemagne ou l’Angleterre qui attirent plus de 20 000 spectateurs en moyenne à ce niveau ( en jouant il est vrai les après-midi le week-end, contrairement à nous).
    Ceci dit une salle de 10 000 places de basket ( avec le coût délirant induit) pour une équipe qui avait bien dt mal à remplir les 3200 places du palais des sports en pro A et qui a du mal a dépasser les 2000 personnes en haut de tableau de pro B), c’est totalement injustifié. mais il est vrai que depuis des décennies, rien n’est trop beau pour le club de basket à Orléans, comme cette délirante subvention d’1,1 millions d’€ en pro B ! ( le basket étant ici surtout un club monté et maintenu artificiellement à ce niveau à coups de subventions municipales, subventions 3 ou 4 fois celles du foot pour 2 fois moins de spectateurs et beaucoup moins de licenciés.

    • Vous avez raison, arrêtons les frais pour tous les sports.
      Laissons pourrir les stades, les salles de sport, laissons l’eau des piscines croupir, les sportifs “go home” et rien à faire du reste.
      Avec les chiffres et stats que vous avancez, nous y sommes “Orléans ville morte” !

  2. Ce midi Orléans s’est “réveillée” en Ligue 1, avec la venue prochaine du PSG. Gageons qu’il n’y aura pas une place de libre pour ce match. Mais on n’a pas besoin d’un stade de foot trop petit ou démesuré, par rapport au niveau de l’équipe.

    • Effectivement tout un tas de “footix” qu’on n’a pas vu au stade de La Source ces 15 dernières années et qu’on ne verra pas les 15 prochaines , qui semblent vouloir s’entre-tuer pour “voir le PSG”.
      Et dire que beaucoup passeront certainement devant les “fidèles” de l’USO pour avoir une place.
      Contre Grenoble, 1500 places à 1 € offertes en tribune découverte et 1500 places offertes en tribune Vagner et…..seulement 4900 personnes au stade, ce qui en dit long de l’engouement des Orléanais pour le foot. Ceux qu’on retrouvera en nombre le 18 décembre, ne sont pas ceux qui s’intéressent vraiment au foot, mais à ce qui est médiatisé, ceux pour qui le foot s’arrête à l’équipe de France, le PSG, le Real, Barcelone ou Manchester, ceux qui criaient peinturlurés dans les rue après la victoire en coupe du Monde.

Les commentaires pour cet article sont clos.