Les boss invitent les profs : casser les préjugés anti patrons

La 5e édition des Boss invitent les profs a connu un nouveau succès en Loir-et-Cher le 21 novembre dernier. Cinquante enseignants sont venus à la rencontre d’une vingtaine d’entreprises locales pour mieux pouvoir présenter les métiers et orienter leurs élèves.

Paul Seignolle, Président du MEDEF 41, Stéphane Piquet, DG de Mac & Co digital et Peter Heroux technico commercial

Mac & Co Digital. Comme Sidamo, le Crédit agricole, Daher ou Ecofit, l’entreprise blésoise, leader sur le marché de l’intégration informatique, participait à cette opération nationale associant le Medef 41, l’Éducation Nationale et la direction diocésaine de l’enseignement catholique via leurs établissements (1). Stéphane Piquet, directeur général et Peter Leroux, technico commercial se sont associés au projet d’autant plus facilement que l’entreprise joue résolument la carte jeune.
« Nous recevons des jeunes de 3e mais aussi beaucoup de stagiaires. Nous avons aussi un alternant en BTS informatique » expliquait le chef d’entreprise en concédant être beaucoup sollicité et ne pas pouvoir répondre favorablement à toutes les demandes. « Accueillir les stagiaires, c’est bien mais leur offrir un véritable tutorat qui soit bénéfique à leur réussite scolaire, c’est encore mieux » développait le dirigeant de cette PME de 14 salariés, membre du groupe lyonnais Bimp.

« C’est une belle expérience. J’ai pu me familiariser avec les métiers de Mac & Co qui sont vraiment porteur d’avenir. Cette immersion durant la matinée viendra en complément des visites de Delphi et du Centre hospitalier qui vont se réaliser dans le cadre de la réforme du lycée » se félicitait Serge Bertrand professeur de mathématique au lycée Augustin-Thierry de Blois. Enseignant principal, ce dernier a pu apprécier la technologie et le sens du service client de Mac & Co qui a été retenue pour déployer les 8.000 tablettes numériques SQOOL dans les collèges du Loir-et-Cher.

Le Vendômois en exemple

« Alors que l’activité reprend, il est important que les entreprises ouvrent leurs portes et consacrent du temps pour valoriser les métiers et sensibiliser les jeunes au travail en entreprise et à l’alternance » soulignait Paul Seignolle, Président du Medef 41 EN en lançant « un appel aux bonnes volontés ». La dynamique vendômoise, portée notamment par le Cercle des Entreprises du Vendômois (CEV) doit servir d’exemple et les ponts se construire entre établissements scolaires et réseaux d’entreprises.

Pourtant, malgré les efforts de l’Éducation nationale, beaucoup d’enseignants ont encore des préjugés vis-à-vis des patrons et du monde de l’entreprise en général, perçu comme un monde hostile et contraignant. Cet héritage de la lutte des classes prive ainsi beaucoup d’élèves de possibilités d’intégration professionnelle dans des secteurs en manque de main d’œuvre comme l’hôtellerie-restauration, l’industrie mécanique ou le BTP.

« Les préjugés doivent tomber même si l’affaire Ghosn ne milite pas en faveur des chefs d’entreprises. La très grandes majorité des entrepreneurs n’a pourtant rien à voir avec le patron de Nissan qui salit notre image » insistait Paul Seignolle. En attendant l’obligation de nouer des liens avec les entreprises qui pourrait, peut-être un jour, être imposée aux rectorats, les barrières restent présentes.

« Je suis encore minoritaire dans mon établissement et on me regarde encore un peu de travers » confiait un enseignant sous couvert d’anonymat. Le mot d’Einstein « il est plus facile de désagréger un préjugé qu’un atome » reste hélas d’une triste actualité.

(1) Collège Saint-Vincent (Blois), Collège Saint Exupéry (Contres), Lycée Claude de France (Romorantin), Lycée Dessaignes (Blois), Lycée Ronsard (Vendôme), Lycée Professionnel Sonia Delaunay (Blois), Lycée Professionnel La Providence (Blois), Lycée Professionnel Ampère (Vendôme) et Lycée Augustin Thierry (Blois).

Afficher les commentaires