Le Département du Loiret confirme: il ne remboursera pas les 23 000 euros à M. Lidolff

Non seulement le département du Loiret avait du dépenser 489 897 en frais de procédure, pour la plus grande partie en émoluments d’avocats, dans l’affaire Lidolff, mais en plus celui-ci avait eu le toupet de demander à la collectivité de payer les 23 000 € que le tribunal l’avait  condamné à verser aux parties civiles, à ses victimes.

Marc Gaudet, président du département du Loiret.

Dans une lettre ouverte que nous avons publiée jeudi, MM. Ragueneau et Dubrez, craignaient que le conseil départemental s’exécute. A son tour dans un communiqué, l’exécutif du Département qui tenait ce vendredi une commission permanente, fait savoir qu’il ne versera pas cette somme qu’elle squ’en soient les conséquences. Autrement dit même si l’ancien DGS attaque cette décision devant un tribunal.

Marc Gaudet, l’actuel président, qui récolte là le fruit de la gestion précédente, celle d’Eric Doligé puis de Hugues Saury, souhaite refermer ce dossier définitivement, clore cette sale affaire LIdolff.

Le communiqué du conseil départemental:

“Après la condamnation de M. Lidolff, le Département avait engagé une expertise auprès de ses avocats sur la suite à donner à la demande de prise en charge des 23 000 euros que M. Lidolff était condamné à payer. Des risques évidents d’un nouveau contentieux devaient être envisagés, malgré le vote en juillet de l’Assemblée départementale de retirer la protection fonctionnelle à cet ancien directeur.

Afin de clarifier la situation, le Conseil départemental tient à confirmer sa position : il ne remboursera pas les 23 000 euros, et cela, quels que soient les risques financiers encourus.

Le Département souhaite voir se clore au plus vite cette affaire qui remonte à 7 ans, qui ne concerne plus, ni les élus actuels, ni les Loirétains.”

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Parlons vrai comme se plait à le dire ce condamné pour harcèlement qui continue à sévir auprès des collectivités et donne des cours de management public (on croit rêver !) via sa boite de consultant qu’il a monté après s’être fait remercier par le département des hauts de seine en 2013 pour ses somptueuses dépenses : https://www.parresiaconseil.fr/notre-%C3%A9quipe/
    Etant définitivement condamné , est il normal ,juste et équitable que cet individu ne soit pas obligé de rembourser au département les riches frais avancés pour sa pauvre défense et alors qu’il s’agit d’une faute personnelle et détachable du service ?

    • Si, il doit rembourser intégralement. Il doit avoir des biens, qu’on les saisisse.
      490.000 € c’est ahurissant, ce sont des impôts ça ?

    • Vous oubliez que si ce monsieur a été embauché au Conseil Général (devenu depuis départemental) du Loiret par Doligé et sa clique, c’est pour faire régner la terreur parmi le personnel, et notamment les chefs de service dont il avait la gestion.

      Quand on a compris cela, on voit pourquoi Doligé lui a payé ses frais de justice (près de 500 000 €), enfin façon de parler, car ce n’est pas sorti de la poche de Doligé, mais payé avec nos impôts.

  2. et voilà, il a tous les droits , dont celui de reprendre une activité où ils reproduira probablement ses attitudes condamnables qu’il n’avait pas reconnues et pour lesquelles il n’avait exprimé aucun remords lors du procès…
    et l’état devrait lui faire rembourser les frais engagés pour sa défense, qui sont dûs aux citoyens du Loiret

  3. On parle des 23.000 euros, mais beaucoup moins des 489.897 euros déjà financés par le Conseil départemental…..et donc nos impôts. Il s’agit bien là d’un scandale. Et la droite qui dirige cette collectivité fait la leçon sur la nécessaire rigueur budgétaire.
    Pendant ce temps là, dans les collèges le Conseil départemental ne répond pas aux demandes des directions, on laisse les choses traîner, et au niveau social, on refuse des aides aux plus défavorisés….

Les commentaires pour cet article sont clos.