La Berrichonne s’impose dans la douleur, 1-0 face à Sochaux

Châteauroux n’a pas réalisé le match du siècle. Sochaux non plus. Entre deux équipes qui jouent un autre championnat que celui des équipes de têtes, il ne fallait pas s’attendre à de grandes envolées.  A ce jeu c’est la Berrichonne qui s’en est tiré le mieux et a inscrit un but salvateur.

Fofana a donné du fil à retordre à la défense sochalienne.

«  Allez, allez, la Berri. Tous ensemble pour pousser la Berri… » A la mi-temps, comme juste quelques avant le début du match, le speaker local avait beau s’époumoner ça sonnait un peu le creux dans les travées de Gaston-Petit. 2711 spectateurs annoncés mais on compte les invités même s’il ne viennent pas. Alors … Il est vrai qu’un match  entre le 13e et le 18e du championnat, même en Ligue 2, cela n’a pas de quoi enthousiasmer les foules. Ou alors il faut être supporter de chez supporter et, pour ça, le Berrichon ne l’est ni passionnément, ni beaucoup,  mais juste un peu et pas plus. Ou alors être comme cet Anglo-saxon, de passage en Berry, rencontré aux portes du stade et en recherche de sensation forte…

Une première mi-temps soporifique

Sekou Condé actif dans le couloir droit.

Sous l’œil du sélectionneur du Maroc, Hervé Renard, ancien de la maison sochalienne, la première période n’avait pas de quoi séduire son ex-entraîneur adjoint, Omar Daf, nouveau technicien en chef  du FC Sochaux. Pas de quoi séduire non plus les spectateurs, ni de rendre fou de  joie les joueurs au regard de leur prestation. En dehors des cartons jaunes de Fofana (3e) pour la Berri et de Mbakata (7e) pour Sochaux, le premier quart était était proche de l’insipide. Et cela s’avérait à peine mieux au fil des minutes. Finalement la meilleure occasion revenait à Mandanne qui obligeait le portier visiteur, Prévot, à s’employer. Sauf que, sur ce coup-là, l’avant-centre de Châteauroux avait fait une belle reprise … de la main ! Carton jaune pour l’attaquant Berrichon (33e). Et Sochaux pendant ce temps-là ? On dira simplement « pas mieux », pour ne pas être désobligeant. Globalement, après 45 minutes de jeu, les absents n’avaient pas eu tord de rester chez eux à regarder la télé ou d’occuper un rond-point du côté de Cap Sud avec un gilet jaune sur le dos !

Un but, et puis c’est tout

Yamga un joueur de tête…

De fait, à la pause, le 0-0 était totalement justifié et le speaker pouvait relancer son classique «  allez, allez … » Un peu plus efficace semble-t-il ou alors c’était l’entrée en jeu de Sissako, à la place de Fofana qui améliorait le rendement. Une première fois Livolant voyait son ballon contré alors que le cuir filait plein cadre (48e). C’était ensuite au tour de Bourillon d’être contré (50e) avant que Sissako ne vienne tromper Prévot d’un tir croisé au ras du sol (54e) pour donner l’avantage à une Berrichonne ragaillardie. Avec 8 tirs au but contre 2, les Castelroussins était dans leur bonne période. Ce bon moment de durait pas pourtant et c’était Sochaux qui se montrait dès lors plus présent. Effet immédiat, ou presque, dans un premier temps Pillot sortait le ballon de sa lucarne (72e), puis Livolant, l’attaquant, devenait efficacement dernier rempart (73e). Toujours empruntée et quelque peu secouée par des Sochaliens pas vraiment inspirés la Berri revenait à la vieille méthode du contre. Insuffisant pour augmenter la note avec un Prévot toujours maître de sa ligne. Il faut aussi ajouter que Yamaga oubliait de servir Mandanne, démarqué, pour tirer directement sur un défenseur  (75e). Peu après, Mandanne héritait d’un bon ballon, toujours en contre. Malheureusement, il enlevait trop son tir (80e). La dernière occasion revenait alors aux visiteurs par Demirovic qui venait buter sur Pillot sorti loin de sa zone de confort (83e).

Le coaching de Nicolas Usaï a fait la différence

Mbone confiant avant le coup d’envoi.

A la fin du temps réglementaire, malgré ces derniers sursauts d’orgueil inefficaces du FC Sochaux-Monbéliard, le score était toujours positif pour les locaux. Deux minutes plus tard, rien n’avait changé au tableau d’affichage … Châteauroux enregistrait un succès supplémentaire. Utile pour voir venir les fêtes, et le déplacement au Havre de mardi prochain. Cependant, Nicolas Usaï, le technicien du banc  local, plutôt bien inspiré dans son coaching du soir, reconnaissait que ; hormis quelques passages, ses joueurs n’avaient été ultra-performants. «  Nous avions été un ton au-dessous des derniers matches. Nos cadres techniques habituels n’étaient pas au top et nous avons manqué de maîtrise technique en général» expliquait-il à l’issue de la rencontre avant de valider que «  la semaine a été difficile et nous la concluons par une victoire alors même si nous n’avons pas eu beaucoup d’actions construites, on marque sur l’une d’elles … »

Fabrice Simoes     

.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.