Orléans: nouvelles violences autour des lycées

Des dégradations, des feux de poubelles, des voitures renversées, des courses poursuites avec la police: Orléans a encore été le théâtre de violences urbaines mardi, après le blocage des lycées lundi. Ces scènes très violentes ont eu lieu notamment rue Eugène Vignat  et dans les rues adjacentes dans le quartier des lycées, et à La Source devant le lycée Voltaire. 

Rue Eugène Vignat devant chez Servier.

A Jean Zay.

A Jean Zay

Pour les militants locaux de La France insoumise et les Jeunesses Communistes, c’est le “gouvernement qui a fait le choix du désordre”… “Une manifestation qui se conclut par des jets de grenades lacrymogènes, des tirs de flash-ball, des interpellations musclées, et au moins un lycéen hospitalisé, de mémoire d’Orléanais, c’est du jamais vu… La police n’est pas une milice. La police a pour mission de garantir l’ordre et protéger ses concitoyens. Le gouvernement a fait le choix du désordre et de la mise en danger de nos concitoyens. Le recours à la violence systématique par celui-ci n’aboutit qu’au chaos.”, estime LFI. Pour leur part les Jeunesses communistes parlent aussi de “Violences policières gravissimes contre des lycéens à Orléans, “Nos militants présents sur les blocages et les rassemblements ont constaté des scènes d’une incroyable violence. “Sans aucun discernement, les policiers ont gazé à tout va et matraqué avec brutalité les lycéens qui manifestaient pacifiquement.”

D’après les témoins sur place à Orléans, la police ne serait en rien responsable des voitures renversées et des poubelles enflammées qui ont été le fait de petit groupe de “casseurs” très mobiles et organisés…

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Vous dites dans votre article “LFI”.
    J’aimerai savoir le ou les noms de ces irresponsables qui sont capables de pousser des enfants dans la rue pour alimenter leur petite cuisine.
    Un jour ou l’autre, ces gens auront à rendre des comptes.

  2. Lamentable ; scandaleux ! Les caméras de vidéo – surveillance permettront – elles d ‘ identifier les casseurs afin qu ‘ ils payent leurs dégâts ? Dans de tels cas ” les assurances ” ne ” marchent pas ” . Est – ce le cas ?

  3. On connait la chanson : “c’est la faute à la police.” Lamentable !
    Aucune revendication ne justifie de s’en prendre aux biens publics et aux forces de l’ordre : point-barre !

  4. A partir du moment ou il y a de la casse de la part des lycéens par exemple, ils perdent leur statut de lycéens mais gagnent celui de casseurs !
    Donc la police fait son travail pour stopper “l’anarchie” et protéger la pauvre petite bagnole de mon voisin ; alors merci la police, puisque l’on ne peut pas compter sur la justice bien trop laxiste.
    Quand j’entends “violences policières”, allez faire un tour aux USA ou en Russie et ailleurs si le coeur vous en dit.
    Pourquoi dans notre pays, se permet-on de casser, brûler ? Si notre police était si violente on ne s’y frotterait pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.