The scarlett letter : performances pour la liberté

Dans un spectacle tout en démesure et en poésie Angélica Lidell nous rappelle que l’art n’a pas de limites.

C’est peu dire qu’Angélica Liddell dont le CDNO nous présentait hier soir la création mondiale de The Scarlett Letter à son propre langage, sa gestuelle, son vocabulaire. A partir de ce roman américain dénonçant le puritanisme et l’hypocrisie de la société qui condamnait la femme adultère à porter la lettre A comme plus tard une étoile jaune infamante, Angélica Liddell transpose cet A pour Art. L’Art qui serait menacé bien sûr par la raison, les convenances, les bonnes consciences ou la pudeur mais aussi par des lois liberticides.

Le renfort de Foucault…

Elle appelle pour cela en renfort Foucault, Lyotard, Derrida, Artaud ou Genet. Auteure, comédienne, metteure en scène avec une scénographie inspirée qui tient autant de la corrida que des passions antiques, Angélica Lidell nous déroule son long cri de souffrance, délirant et déchirant, dans un phrasé supersonique où le vocabulaire accepte tous les excès, l’absurde, l’incompréhensible. D’emblée elle nous avait demandé de la mépriser, comme pour mieux l’aimer. Loin du « puritanisme progressif » elle a choisi « d’écrire dans la boue » jusqu’à l’écœurement. Elle-même maîtrise son texte, dense et fleuri en entrant en quasi transe, possédée qu’elle est par cette quête de liberté.

… pour un spectacle osé

Pour la créatrice espagnole, l’art ne doit avoir aucune limite, et doit même tout oser comme pour jouir sans entraves. Elle ne se prive pas de frôler les interdits -ce spectacle était d’ailleurs « décommandé aux moins de 16 ans » !- avec des hommes nus dont elle prend le sexe dans la main et la bouche. Osé mais convaincant avec une suite de performances qui s’enchaînent dans des tableaux esthétiquement et plastiquement pertinents comme les « tablaos » du flamenco.

A force d’inspirer tout au long du spectacle le dégoût et la répulsion, Angélica Lidell réussit son pari initial de nous la faire aimer et de respecter la force et l’enthousiasme de sa création.

J.-J.T.

“The Scarlet Letter”

Création Mondiale de Angelica Liddell

Jeudi 6 décembre 20 H 30 et vendredi 7 décembre 19 h 30

CDNO Théatre d’Orléans boulevard Pierre Ségelle Orléans

Réservations: 02 38 81 01 00 (du mardi au vendredi de 14h à 19h)

Avec Tiago Costa, Eduardo Molina, Nuno Nolasco, Tiago Mansilha, Julian Isenia, Joele Anastasi, Antonio L. Pedraza, Daniel Matos, Borja Lopez, Antonio Pauletta, Angélica Liddell, Sindo Puche.
Texte, mise en scène, scénographie et costumes Angélica Liddell

http://www.cdn-orleans.com/decouvrir/saison-1819/the-scarlet-letter

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.