Chaumont-photo-sur-Loire : la vie de château, vue d’en haut…

Deuxième édition des expositions du travail photographiques d’artistes photographes de renommée internationale ou en passe de le devenir à Chaumont-sur-Loire, qui se met sur son 31 pour la fin de l’année. C’est à admirer jusqu’au 28 février, dans une ambiance automnale se préparant à l’hiver, qui n’est pas la saison la plus froide au domaine de Chaumont, grâce à la chaleureuse contribution de Chantal Colleu-Dumond.

Valençay 2018. Alex MacLean pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire

Le croirez-vous ? Le jour où nous sommes venus voir l’exposition de cinq photographes de renommée mondiale à Chaumont-sur-Loire, malgré le crachin qui sévissait sur la colline surplombant la Loire qui en a vu d’autres, il planait dans l’air comme une ambiance de fin du monde. Quelque chose du climat social qui règne par ailleurs, sans doute. Est-ce un hasard ? Une des photographes exposée, Juliette Agnel, 40 ans, avec ses Nuits étoilées du Maroc et ses Portes de glaces du Groenland avait tout pour refroidir davantage l’atmosphère. C’est pourtant le contraire qui s’est produit, comme d’habitude oserait-on dire, grâce à la magie orchestrée par Chantal Colleu-Dumond, au terme d’une saison riche en évènements au Domaine de Chaumont-sur-Loire.

« Juliette Agnel est une artiste montante de la photo d’aujourd’hui. Elle est allée au Groenland et elle en ramène des photos aux grandes nuances chromatiques », explique la directrice artistique du Domaine de Chaumont-sur-Loire. Arches de glace, nuits étoilées en altitude au Maroc… une découverte. Au-delà de l’apparence, le travail de l’Italien Davide Quayola montre une série d’images inédites réalisées à l’occasion d’une résidence à Chaumont-sur-Loire. Tirées à grande échelle et en haute résolution, ses images essentiellement générées par ordinateur rendent visible un nombre considérable de données captées à l’aide d’un scanner 3D très précis.

Habitant de la commune de Chaumont, l’Américain Robert Charles Mann a quant à lui restitué la courbe du soleil dans son empreinte évolutive sur le site. Il utilise pour cela des « solargraphes », sortes de boîtes que l’artiste a dispersées dans divers points du domaine et qui lui servent à réaliser ses prises de vue. D’un solstice à l’autre, ses photos féériques dans des teintes orangées, mauves, vertes, offrent des Impressions solaires plus que surprenantes.

Passionné d’une petite île boisée en Finlande près d’Helsinki, le photographe finlandais Santeri Tuori accumule la matière, observe les feuillages des arbres jusqu’à l’obsession. Saison après saison, plusieurs fois au même endroit, il capture et crée ses propres paysages imaginaires.

Mais peut-être le clou de l’exposition sont les photographies aériennes, réalisées à bord d’un hélicoptère, par le pilote-photographe américain Alex Maclean, peut-être pas aussi connu que Yann Artus-Bertrand mais aussi talentueux. Des photos aériennes des châteaux Renaissance du Val de Loire, de Chaumont bien sûr à Azay-le-Rideau en passant par Chenonceau (des reflets troublés absolument époustouflants), Chambord, Blois, et un angle incroyable de Valençay, telle que les visiteurs ne l’auront jamais vu.

C’est à voir à Chaumont-sur-Loire depuis le 17 novembre jusqu’au 28 février.

F.Sabourin

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.