Le Blois Foot 41 va avoir un nouveau président

C’est officiel depuis le 12 décembre, le successeur de François Jacob (60 ans, chef d’entreprise du BTP), truculent président du Blois Foot 41 depuis sa création il y a 20 ans et qui avait annoncé son départ lors de l’assemblée générale le 22 novembre dernier – prenant tout le monde de court – est Anis Sabri-Lebaron.

(capture d’écran Facebook, avec l’aimable autorisation de A. Sabri-Lebaron).

Ce Blésois de 42 ans, avocat au barreau de Paris, fan de foot depuis sa prime jeunesse, prendra ses fonctions de président en avril 2019. Il hérite d’un beau club sportif, aux finances saines, au budget annuel de 1,2 M€, 500 licenciés et 30 salariés (équivalent temps pleins). L’équipe principale du Blois Foot 41 dispute actuellement le championnat de Nationale 2 (championnat de France niveau IV), et il reçoit samedi 15 décembre prochain l’ASSE 2 (équipe réserve de Saint-Étienne). Il a été élu par 18 voix soit la totalité du conseil d’administration.

François Jacob (à d.) lors de l’AG du 22/11 dernier.

« Je remercie mon ami François Jacob ainsi que chacun des administrateurs du Blois Football 41 de la confiance et de l’honneur qu’ils me font en me confiant la présidence de ce club magnifique, qui n’a d’amateur que le statut et dont les 33 équipes font chaque week-end la fierté de la Ville de Blois. Aux côtés de l’ensemble des membres salariés et bénévoles dont je salue le dévouement, j’aurai à cœur de m’inscrire dans la continuité des 20 années de présidence de François Jacob, dont l’extraordinaire bilan m’oblige, afin de permettre à toujours plus de joueurs de poursuivre leur passion et en continuant, pour nos fans, à viser haut, toujours plus haut!! » indique-t-il sur son mur Facebook, où les messages de félicitations pleuvent.

Mais ce fan du joueur allemand Rudi Voller (surnommé le « renard des surfaces » et qui vécut les grandes heures de l’OM au début des années 90…) devra probablement se garder de mélanger foot et politique, son autre passion. Il est en effet secrétaire national de l’UDI en charge des thématiques justice, et il n’avait pas caché – en privé mais pas seulement – ses envies de s’engager dans la bataille des prochaines municipales de mars 2020. Se servira-t-il de ses crampons comme tremplin pour la mairie ? Il jure que non. Affaire à suivre…

F.S.

Afficher les commentaires