Foot Ligue 2 : partage des points logique entre la Berrichonne et l’AJ Auxerre

(Berrichonne Châteauroux : 0 / AJ Auxerre : 0). Berrichons et Bourguignons se sont séparés en bons amis. Un match nul sur un score vierge ont ponctué des débats agréables mais pas enthousiasmants. Au nombre de corners, les visiteurs étaient les plus forts. Au nombre de véritables occasions c’est la Berri qui a paru bien mieux disposée…

Jérémy Livolant a fait de gros efforts mais n’a pas été payé en retour

Deux équipes sensiblement du même niveau, respectivement 12e et 13e du championnat. Deux équipes qui visent cependant des objectifs différents. La Berri est à la recherche d’un maintien rapide alors que du côté de l’AJ Auxerre ont est surtout en reconstruction pour envisager des jours meilleurs. Les Bourguignons sont à la recherche de leur passé pour se créer un avenir en quelque sorte. La composition du groupe bourguignon en était la preuve avec des joueurs de 38 ans, à l’image du défenseur Mickaël Tacalfred, et des minots comme Sonny Laiton et ses 19 ans, Dès lors, au coup d’envoi les pronostics étaient donc plutôt partagés. D’autant qu’il fallait compter sur une température sous la barre du zéro et que, dans ces conditions, l’engagement est plus ou moins conséquent.

Une bonne entame et après…

Les supporters castelroussins sont prévoyants.

De fait les locaux étaient les premiers à se montrer dangereux par l’intermédiaire d’Opéri qui était bousculé à l’intérieur de la surface (9e). Pas de penalty estimait l’arbitre du soir, M. Baert (9e). Comme Auxerre ne voulait pas en être en reste, le capitaine visiteur Philipoteaux butait une première fois sur le portier local Rémi Pillot peu après (11e). La meilleure occasion castelroussine revenait à Bourillon qui mettait au dessus un ballon de Livolant alors que le gardien de l’AJA, Westberg, était parti aux fraises (17e). Même résultat pour Yamga qui ratait le cadre après un bon travail de Barthelmé (21e). Et après … Après, si on courait beaucoup entre les deux surfaces de réparations, histoire de se réchauffer probablement, plus grand-chose à se mettre sous la plume en terme d’occasion de but, voir de tir au but ! Agréable à regarder certes, peu efficace très certainement. Cela devait arriver avec deux collectifs joueurs mais pas vraiment enclins à faire chauffer les gants des gardiens de but avant la pause. Dans les travées de Gaston-Petit, ceux qui avaient pris leurs précautions, une couverture pour deux, étaient un peu moins frigorifiés que les autres mais c’était tout. Logiquement, à la mi-temps, le score restait vierge.

Une deuxième mi-temps sans inquiétude de part et d’autre

Pénalty ou pas Opéri semble bien être balancé…

La seconde période démarrait sur les chapeaux de roues pour la Berrichonne. Premiers effets de la causerie de l’entraîneur dans le vestiaire sans doute. Pourtant, malgré quelques déboulés successifs sur l’aile droite auxerroise pendant une quinzaine de minutes, les possibilités d’inscrire le moindre but étaient inexistantes. Quant à Auxerre, « pas mieux » aurait pu lancer dubitatif Karadoc de Vannes, le fidèle chevalier de Kamelot. Certes le nombre de corners favorables grimpait régulièrement – au final Auxerre aura eu neuf coups de pied de coin à tirer – mais, à chaque fois, cela ne donnait rien, même pas une frayeur pour l’arrière garde rouge et bleu. Les entrées en jeu successives de Chouaref et Merghem, à la place de Tounkara e et Sissoko (62e) ne changeaient rien à la donne. Avec quatre attaquants Nicolas Usaï, le technicien local, faisait pourtant donner sa cavalerie et sa réserve. En pure perte. Toujours pas mieux avec le remplacement de Livolant, le néo-berrichon a multiplié les appels mais été peu servi dans l’axe et beaucoup couru, par l’ex-auxerrois Diarra (71e). On notait bien un tir de Opéri qui passait bien au dessus de la cage de Westberg (78e) et pi pas pu Madame Chaput comme on dit dans le Berry.

L’affiche du jour

À la fin du temps réglementaire la Berrichonne tenait son match nul. L’AJ Auxerre tenait aussi son match nul. Après les quatre minutes de temps additionnel, il en était toujours de même. Pourtant un dernier tir de Merghem avait donné un sursaut d’espoir aux supporters locaux juste avant le dernier coup de sifflet … Las, la balle passait bien loin du cadre (90e + 4). Pour la première fois de la saison, La Berrichonne d’Usaï enregistrait un nul 0 à 0 à la maison. Un résultat que le coach berrichon considérait finalement comme « un bon point au vu du match. Dans le contenu, il y a du mieux, dans le cheminement du groupe aussi. Par contre, un peu de frustration de ne pas avoir été plus efficace mais c’était face à un adversaire qui avait de grosses qualités défensives… ».

Désormais, la berrichonne va se projeter sur son rendez-vous de vendredi prochain, encore à domicile. En recevant le Gazelec d’Ajaccio, les Castelroussins ont l’opportunité de passer les fêtes de fin d’année pile poile au milieu de tableau. Pour cela il faudra tout de même battre les Corses…

Fabrice Simoes

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.