Région : le ticket “mobilité-carburant” adopté

Rejetée de peu lors de la session régionale du 18 octobre dernier, la proposition d’expérimentation en Région Centre-Val de Loire d’un “ticket carburant” (1) proposé par Guillaume Peltier (UDC – Union de la Droite et du Centre) a été adoptée lors du vote du budget 2019. Légèrement sous-amendé par le groupe écologiste, il s’appellera “ticket mobilité-carburant” sera proposé à l’État sous la forme d’expérimentation régionale, sur la base du volontariat pour les entreprises, afin d’aider les salariés dans leurs déplacements pour se rendre au travail. 

L’idée était chèrement défendue par le conseiller régional UDC Guillaume Peltier. L’expérimentation existe déjà dans la région des Hauts-de-France présidée par Xavier Bertrand. “Cet amendement demande à notre région de solliciter l’État pour pouvoir expérimenter le désormais fameux chèque carburant, sur le modèle des tickets restaurants pour les entreprises volontaires ; une prise en charge de 50 % des frais de transport pour les salariés qui n’ont pas d’autres choix que d’utiliser leur voiture pour se rendre au travail. Nous souhaitons solliciter l’État pour une expérimentation sur notre territoire” a présenté G. Peltier. Il pourrait s’élever jusqu’à une valeur de 100 €.

Depuis le 18 octobre dernier, il n’aura échappé à peu de monde qu’il y a eu le 17 novembre, et les semaines qui ont suivi : le mouvement des gilets jaunes est né de cette goutte de carburant qui a fait déborder le vase… La tonalité des débats sur le “ticket carburant” a probablement été influencée par ce contexte, que tous ont rappelé dans leurs différentes interventions. “Cet amendement avait été présenté sous forme d’un vœu, nous l’avions voté”, indique Michel Chassier (RN). “Nous ne prendrons pas part au vote. On est plus dans un vœu que dans une disposition budgétaire”.

L’écologiste Charles Fournier propose lui de « remplacer carburant par mobilité, pour favoriser d’autres moyens de transports que ceux consommant du carburant ». Un sous amendement accepté par le groupe UDC et Guillaume Peltier. Fort du soutien du groupe SRD « Nous sommes favorables à voter cet amendement avec les sous amendements du groupe écologiste. Le ticket mobilité nous semble une bonne réponse pour un bon nombre de salariés » (Cathy Munsch-Masset) et des écologistes, cet amendement “mobilité-carburant” a donc été adopté.

F.Sabourin

(1) Limité au nombre de jours travaillés, ce « ticket-carburant » pourrait atteindre une valeur de 100 €. La part contributive de l’employeur, sur le modèle du ticket-restaurant, est prévue aux environs de 60% ; il serait exonéré de charges sociales sur ce système. Le reste étant à charge du salarié ou de l’agent. Des frais de recharges de véhicules électriques ainsi qu’une bonification en cas de covoiturage peuvent être appliqués, afin d’encourager ce que l’élu L.R appel « l’économie verte ». Par mois, les salariés concernés pourraient ainsi économiser environ 200 € nets. Un gain de « pouvoir d’achat » direct, et une incitation à reprendre un emploi.

L’amendement sur la suppression de crédits pour l’aéroport de Tours rejeté

Proposé par le groupe écologiste, un amendement proposant la suppression de 970.000 € de crédits de paiement, de fonctionnement, correspondant à la contribution annuelle 2019 au Syndicat mixte de l’aéroport de Tours a été rejeté.  Il proposait aussi de diminuer de 200.000 € les crédits de paiement en fonctionnement destinés à l’aéroport de Châteauroux ; d’augmenter de 340.000 € les crédits de paiement en fonctionnement destinés à la transition énergétique ; d’augmenter de 1,130 M€ les crédits de paiement destinés à soutenir des initiatives innovantes permettant de développer des solutions de mobilités alternatives à l’usage individuel de la voiture.

Même si le transport aérien n’est pas considéré comme le plus “propre” actuellement, et malgré la présence de deux aéroports dans la région (Tours, Châteauroux), le débat a montré l’importance de ne pas trop gréver les budgets de ces infrastructures porteuses d’attractivité dan une région qui peut parfois en manquer. Voté par les écologistes, l’amendement a rejeté par tout le reste de l’assemblée.

Un autre amendement adopté, proposé par l’UDC de Guillaume Peltier, impose un “moratoire fiscal” pour l’année 2019 : c’est-à-dire qu’aucun impôt ni taxe n’augmentera en 2019 pour les quelque 3 millions d’habitants de la région. “C’est une mesure concrète en faveur du pouvoir d’achat pour les travailleurs, les retraités comme pour les entreprises. Nous défendons la valeur travail, l’esprit d’entreprise, des pensions de retraite plus dignes et des salaires plus rémunérateurs” a expliqué le désormais très social Guillaume Peltier.

Le budget adopté

Le budget “ceinture et corset” (et non pas “ceinture et bretelles”) selon le président F. Bonneau en conférence de presse d’avant session, a été adopté à la majorité de l’hémicycle.
Le RN a voté contre, l’UDC s’est abstenue.
1,471 milliard d’euros dont 116 M€ de crédits européens, et 361 M€ d’investissements. Des dépenses de fonctionnement légèrement en baisse, qui doivent de toute façon être contenues en dessous de 1,2 % du budget global, au nom de la contractualisation avec l’État signée fin juin cette année.

95 M€ seront consacrés à l’investissement dans les lycées et CFA.

60 M€ pour le développement économique.

18 M€ pour le développement de la recherche en région.

 
 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Il n’y aura jamais de ticket carburant, ce voeu qui s’adresse au gouvernement n’engage pas la Région, c’est une lettre au Père Noël. Mais en contrepartie l’UDC n’a pas voté contre le budget, c’est qui compte pour François Bonneau dont la majorité est fragilisée après deux départs.
    L’adoption du budget valait une promesse illusoire qui ne coûte rien à la Région. Le groupe RN n’a pas voulu participer à cette mascarade.

  2. Drôle de titre qui ne correspond pas à la réalité et absence d’évocation du débat sur la prime mobilité votée par le parlement cette semaine et qui sera prochainement doublée.

  3. Légèrement sous-amendé ?
    Ne pas ignorer les autres moyens de transports de plus en plus plébiscités en milieu urbain ? C’est léger ? Ah bon.

Les commentaires pour cet article sont clos.