A Orléans, sur le parvis du théâtre, “La Volonté humaine” de Roger Toulouse, revoit le jour

Composant le groupe “La Volonté humaine”, cinq sculptures monumentales en acier  de Roger Toulouse, peintre sculpteur  illustrateur et poète orléanais (1918-1994), longtemps entreposées  en l’église Saint-Euverte ont été installées jeudi matin, selon le souhait du maire d’Orléans, en lisière de l’esplanade du Théâtre d’Orléans , implantation entrant dans le cadre de la rénovation de l’espace orléanais. 
 
 
C’est ce jeudi en début de soirée, en présence d’Abel Moittié président de l’association des Amis de Roger Toulouse,   qu’ont eu lieu les premiers essais d’illumination de ces œuvres scellées par François Lavrat  sur des socles en béton qui,  dans l’avenir,  seront couverts d’une peinture plastifiée ton pierre  en rappel de la couleur du parvis et du parement du muret.

Puissant et poétique phare culturel 

Ayant poussé dans la grisaille cependant enchantée de Noël, ces œuvres de l’artiste trouveront pleinement leur légitime mise en valeur au printemps prochain. La mise en lumière devrait, en effet intervenir vers mi ou fin mars, des cartels devaient aussi être apposées, probablement avec le même souci d’information du public  que celle dont les  récentes et belles expositions  qui se sont tenues au Théâtre et en la collégiale Saint-Pierre-le-Puellier ont fait preuve. 
 
Continuant avec bonheur de s’implanter sur Orléans et d’être le reflet du patrimoine local et régional , l’œuvre de Roger Toulouse, en cette oasis arborée jouxtant le  de Théâtre,  île d’œuvres d’art composant en quelque sorte un impressionnant et plaisant Carré Roger Toulouse,   sera  pour les Orléanais et  les touristes l’un des puissants et poétiques phares de la cité.
D’autant qu’une telle implantation d’un ensemble  monumental, bel hommage,  cohérent et qui fait sens, est à la fois remarquable et rare au plan national.
 
Jean-Dominique Burtin.

Un ensemble monumental d’exception

Historique

En 1976, en exécution d’une commande publique du département du Loiret, Roger Toulouse réalise cinq sculptures  monumentales en acier. Cet ensemble imposant baptisé La Volonté humaine est alors destiné au décor du théâtre de plein air du collège Joliot-Curie, à Orléans.

Description , proposition d’interprétation

Le titre de l’œuvre en suggère le sens général. D’une manière poétique et terrible à la fois, La Volonté humaine illustre l‘évolution du monde et de l’humanité telle que la ressentait Roger Toulouse à la fin du 20e siècle.

I – L’éveil du monde. La naissance. La poétique.

C’est la naissance de la vie au sein de la nature, d’abord animale, symbolisée par le poisson, puis humaine, figurée par un profil tendu vers son destin.

II – Certitude des animaux. L’instinct.

Les animaux se regroupent en un cercle innocent et protecteur. Capable de réflexion, l’homme se distingue en cela du monde animal, soumis à l’instinct.

III – Reconnaissance des découvertes. L’homme apprend à se connaître.

Dans une ébauche de barque, l’homme part à la découverte du monde qui l’entoure. Il apprend à se connaître et à découvrir ses capacités créatrices.

IV – L’âge atomique.

L’utilisation de l’atome bouleverse grandement le 20e siècle. Cette mutation majeure fait naître avec elle un danger létal pour l’avenir de l’humanité.

V – Les magiciens des temps modernes. L’avenir.

Ce totem géant dressé face aux temps modernes figure la toute puissance de l’homme. Mais à l’avenir, que va-t-il faire, que veut-il faire de ce pouvoir ?

Dans cet ensemble au style fort et vigoureux, parfois tendre aussi, Roger Toulouse évoque l’histoire du monde et livre sa réflexion sur l’avenir de l’humanité: une belle histoire passée, débutée dans l’innocence des origines de la vie, puis enrichie par le progrès né du génie des hommes ; mais un avenir plus incertain, qui pourrait voir l’humanité s’enflammer pour la religion des sciences et des techniques, au point d’y perdre son âme peut-être…

De cette perspective résulte le questionnement de l’artiste : dans les temps à venir, l’Homme aura-t-il la Volonté de garder la maîtrise de son destin ?

En savoir plus: www.roger-toulouse.com

 
 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Quelle superbe idée que d’avoir ramené à la lumière ces splendides sculptutes ! Elles donneront une autre preuve de la culture des orléanais que les “œuvres d’art” qui ponctuent le trajet de la première ligne du Tram !
    Merci Monsieur le Maire.

  2. Dans le cadre de cette rénovation bien nécessaire, à quand un parc à vélos avec des supports adéquats en forme, espacement et nombre qui permette aux usagers du théâtre d’y venir à vélo sans trop de souci de stationnement.
    Ce qui n’enlève rien au souhait respecté du mairei de sculptures. Mais Orléans se dit aussi ville cyclable.

Les commentaires pour cet article sont clos.