Pierre Maino président de la CPME 41 : “Le Blaisois n’a pas d’ambition économique”

Gilets jaunes, réforme de la formation professionnelle, développement économique, projets de l’organisation patronale pour 2019… l’ancien président de la CMA 41 (Chambre de métiers et de l’artisanat), actuel président de la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) proche du président régional Patrice Duceau a bien voulu répondre à nos questions.

 

Magcentre.fr : quelle est l’actualité de la CPME ?

Pierre Maino : les petites entreprises de moins de 20 salariés sont très impactées par le mouvement des Gilets jaunes. Elles connaissent une baisse sensible de leur chiffre d’affaires allant de 30 à 50 %. La CPME, qui est l’organisation professionnelle, la plus représentative pour les représenter est à la manœuvre au plan national pour que le Gouvernement entende leurs revendications. François Asselin, notre président national, s’est démultiplié et cela a porté ses fruits puisque la Ministre du travail vient d’annoncer que les procédures pour travailler le week-end seraient simplifiées en particulier avec la possibilité d’ouverture le dimanche en décembre et janvier. Concernant la prime de fin d’année annoncée par Emmanuel Macron, nous demandons que la part patronale soit, elle aussi, défiscalisée et désocialisée. Enfin, s’il semble que la consommation reparte un peu, c’est avec des marges qui se réduisent pour les entreprises. Face à la montée du commerce sur Internet, nous demandons toujours que les grandes plateformes de commerce en ligne paient leurs impôts sur le sol français.

Magcentre.fr : où en est le déploiement des groupements de prévention agréés (GPA) ?

Pierre Maino : la régionalisation se poursuit. Dès le début d’année, ils seront présents dans 4 départements (37 ,41, 45, 18) avec l’appui d’Entente des Générations pour l’Emploi et l’Entreprise (EGEE). Ces GPA sont des associations composées de chefs d’entreprises et de cadres bénévoles à la retraite, créées en application de l’article 611.1 du code du Commerce ; elles ont pour mission de rencontrer les chefs d’entreprise de toutes tailles connaissant des difficultés pour agir préventivement. Nous possédons aussi un réseau de lanceurs d’alerte qui nous signalent les situations difficiles. En Loir-et-Cher, le GPA, présidé par Marc Duval, a rencontré 60 entreprises en 2018 (75 en 2017). Notre intervention gratuite, qui se matérialise par un entretien sous 8 jours, et la mise en place d’un plan d’accompagnement a permis la survie de 72 % d’entre-elles.

Magcentre.fr : que pensez-vous de la loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel qui va réformer la formation ?

Pierre Maino : la CPME est favorable à cette réforme qui donne plus de pouvoir aux branches. Nous adhérons à l’objectif de simplification avec la constitution de 11 opérateurs de compétences (OPCO) et, à celui de donner plus d’efficacité aux formations. Les 32 milliards consacrés à la formation doivent être utilisés à bon escient. Il reste que des incertitudes demeurent sur sa mise en œuvre. Nous attendons avec impatience les texte d’applications. Quel rôle jouera France compétences, le nouveau régulateur du système ? comment l’Urssaf va-t-elle organiser la collecte ? l’avenir de notre OPCA l’AGEFOS-PME nous intéresse particulièrement. La loi ne prévoit plus qu’un OPCO généraliste pour les services de proximité et l’artisanat ….

Magcentre : un mot sur le futur CFA interprofessionnel dont vous êtes l’un des initiateurs lorsque vous étiez président de la CMA 41 ?

Pierre Maino : Ce sera un formidable outil pour les artisans et les petites entreprises de notre . Grâce au concours financier majeur de la région Centre-Val de Loire qui finance près de 90 % (25 millions sur 28) mais aussi d’autres partenaires comme la ville de Blois ou l’AGEFOS-PME, ce projet se concrétise autour d’une ambition pédagogique et du développement des formations. L’apprentissage, à tous niveaux, est essentiel pour assurer la pérennité des entreprises de notre territoire.

Magcentre.fr : vous êtes ancien chef d’entreprise dans l’imprimerie. Comment jugez-vous la situation économique sur le Blaisois ?

Pierre Maino : l’économie est atone avec pas ou très peu de nouvelles implantations. Il n’y a ni d’ambition ni souffle pour ce territoire qui n’a pas de cohérence en terme d’aménagement. Sur ce plan, j’observe que les communautés « se tirent dans les pattes » avec du dumping sur les aides à l’image du développement de Contres qui est à mes yeux est une aberration.

Quant à la seconde sortie d’autoroute A10, c’est une condition nécessaire mais pas suffisante. Nous avons besoin de volontarisme. Entre deux métropoles de petite taille, Blois a toute sa place. Mais il faudrait que les représentants des entreprises soient écoutés et associés pour mettre en place une vraie stratégie de développement …

Magcentre.fr : quels sont les projets de la CPME ?

Pierre Maino : sous l’impulsion de Patrice Duceau, président de la CPME CVL, nous en sommes en cours de régionaliser notre organisation pour être plus efficients et coller à la régionalisation de tous nos partenaires. C’est le cas des fonctions supports (comptabilité, Rh … ). À la suite d’un audit stratégique, nous allons mener une politique volontariste pour augmenter notre nombre d’adhérents qui sont 150 en Loir-et-Cher sans compter les branches professionnelles (FFB, UMIH, CNPA, UIMM …). Dans ce but, des développeurs seront recrutés dès le 1er semestre. Notre ambition est aussi de mutualiser davantage nos actions pour leur donner plus d’impact.

À mes yeux, la concurrence est mortifère pour les petites entreprises ; elle profite surtout aux grands groupes. Le taux de passage en ETI (+ 50 salariés) est trop faible dans notre pays, nous devons agir pour le développement des entreprises qui en ont le potentiel. Cet accompagnement des PME est l’ADN de la CPME.

Propos recueillis par Jean-Luc Vezon

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Non le développement de contres n’est pas une aberration, il y a un élu un maire, qui se bat pour sa commune ce qui n’est pas le cas de Blois et de son agglo

  2. A Blois : 1500 emplois de moins, en 5 ans selon l’INSEE, qui vient de communiquer ses chiffres

    Taux de chômage à 19,2 %. contre 17% il y a 5 ans.

    Contrairement à ce qu’écrit M. Gricourt sur un réseau social, il ne semble pas mener une politique économique sur notre territoire.

    Si prendre des selfies et brasser de l’air suffisait, cela se saurait !

Les commentaires pour cet article sont clos.