Avec Fedmind.com, une société orléanaise s’engage dans la prévention de l’obésité

Installée dans la pépinière du Lab’O à Orléans (Loiret), la nouvelle entreprise FedMind vient de lancer sur le Web une plateforme d’accompagnement dans la perte de poids grâce à un programme d’éducation thérapeutique unique jouant avant tout sur le mental et non sur le régime.

Maïwen Janovet, fondatrice de FedMind. ©EB/MG

Pour Maïwen Janovet, FindMind est un projet personnel. « C’est mon histoire. L’histoire d’une fille qui a pesé près de 130 kg il y a 7 ans et qui en a perdu 60 en un an et demi après avoir fait tous les régimes de la terre et trouvé aucune main tendue ! » Un vrai défi qu’elle relève en se construisant ses propres outils basés notamment sur la confiance, l’estime de soi, mais aussi 8 ans de recherches paramédicales et un cursus en Fac de Médecine sur le comportement en troubles alimentaires.

Une approche médicale et scientifique

Maladie multifactorielle et reconnue « chronique » par l’OMS en 1997, l’obésité touche aujourd’hui 1,4 milliards de personnes dans le monde et 15% des Français. Et la spirale est vicieuse explique la présidente-fondatrice : « ça démarre par 4-5 kilos en trop dès l’enfance qui entraînent une discrimination, laquelle va entraîner une perte de confiance et une dévalorisation et au final un refuge dans la nourriture, etc. etc. ». Et dans une société qui exhorte à la minceur et où il faut « être beau pour être accepté », les personnes obèses trouvent difficilement leur place. Aussi, en réponse à la grossophobie et aux idées reçues, Maïwen Janovet a créé la société Fedmind en lançant une plateforme en ligne par une approche médicale innovante: fedmind.com, une solution digitale d’accompagnement et de prévention de l’obésité en partenariat avec le CHU de Poitiers, qui serait le premier programme d’éducation thérapeutique en ligne, issu de techniques utilisées dans le traitement des addictions comportementales et en clinique de l’obésité conçu pour les personnes en surpoids important. 

Maxime Ginolin (réalisateur), Maïwen et Emy (la jeune victime du film Grosse). ©EB/MC

Une prise en charge par la Sécurité Sociale ? 

Coaching personnalisé par des experts, soutiens vidéo sur les volets motivation, mental, nutrition et activité physique adaptée…, « cet outil numérique, accessible par les patients et les soignants, est comme une béquille à un suivi médical, poursuit Maïwen. L’objectif étant d’être reconnu comme dispositif médical et avoir une prise en charge partielle de la sécu ».

À l’occasion de l’inauguration de FedMind le 20 décembre dernier dans les locaux du Lab’O, le moyen-métrage « Grosse », réalisé par Maxime Ginolin et tourné à Orléans, a été diffusé pour sensibiliser sur les préjugés et les maltraitances subies par les personnes obèses. Un film dur, mais efficace et pédagogique qui devrait faire évoluer les consciences et changer les regards, d’autant que la région Centre-Val de Loire est l’une des plus touchées par l’obésité… 

Estelle Boutheloup

Afficher les commentaires