Pascal Brindeau (UDI) futur ex-maire : « Je reste mobilisé pour le Vendômois »

Suppléant de Maurice Leroy qui abandonne son siège de député de la 3e circonscription de Loir-et-Cher, le maire de Vendôme cédera la présidence de l’exécutif de la ville et celle de Territoires Vendômois en début d’année. Il a bien voulu recevoir Magcentre.fr pour un entretien approfondi.

Pascal Brindeau occupera le fauteuil de Maurice Leroy à l’Assemblée nationale

Magcentre.fr : Vous allez céder votre fauteuil de maire à Laurent Brillard. Quel bilan tirez-vous de vos 45 mois à la tête de la cité chère à Ronsard ?

Pascal Brindeau : Je veux en premier lieu mettre en avant le collectif. Notre équipe a démontré qu’elle fonctionne bien sur un schéma de confiance et de délégation. Cette organisation nous a permis de déployer beaucoup de projets en même temps et d’investir massivement dans des infrastructures et équipements pour développer l’attractivité économique, démographique et sociale de notre territoire. Nous y sommes arrivés ensemble. Ensuite, la création de Territoires Vendômois, nous a permis de développer l’environnement institutionnel local. Ce processus volontariste de fusion de quatre intercommunalités (1) a donné de la lisibilité et de la force à notre territoire. Quand le président de la région Centre-Val de Loire François Bonneau consulte pour le SRADDET (Schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire), il réunit les agglomérations de la région et le Vendômois en fait partie. Territoires Vendômois est efficace pour conduire des politiques dynamiques à l’échelle d’un grand bassin de vie correspondant à l’arrondissement. Une petite commune ne peut plus agir seule.

Magcentre.fr : il reste deux communautés de communes…

Pascal Brindeau : c’est exact. La fusion se fera quand les choses seront mûres. Mais nous avons d’ores et déjà des politiques partenariales avec les communautés des collines du Perche et celle du Perche et Haut Vendômois.

Magcentre.fr : vous dites souvent que vous avez remis le politique au cœur du système…

Laurent Brillard (à g.) et Pascal Brindeau (à d.).

Pascal Brindeau : le politique donne du sens, décide et l’administration met en œuvre. Ce principe de base repose naturellement sur une relation de confiance. L’administration locale a su s’adapter et mettre ses compétences au service de notre projet. Nous avons aussi mutualisé les moyens entre la ville et l’agglomération pour optimiser nos ressources. Aujourd’hui, les résultats sont-là. Le bassin d’emploi de Vendôme est le plus dynamique de la région Centre-Val de Loire depuis 2016. Son taux de chômage est le plus faible avec 6.6 %. L’arrivée de Louis Vuitton au cœur de la ville, quartier Rochambeau, avec la création de 200 emplois illustre cette montée en puissance (2). De la même façon que la commercialisation de terrains pour les entreprises. Cette année, 12 ha ont été commercialisés soit le double de ce que nous connaissions depuis 10 ans. De beaux projets sont en cours de finalisation… Au-delà, ce sont de nombreuses entreprises du Vendômois qui se développent comme Epsys et Val de Loir injection à Montoire, Project, Getinge La Calhène, Thalès, Dargaisse, etc. à Vendôme. Au côté de Territoires Vendômois, plusieurs acteurs comme le Cercle des Entreprises du Vendômois ou le SPE (Service public de l’emploi) agissent pour un développement économique équilibré et la formation des hommes et des femmes.

Magcentre.fr : pourquoi avoir créé une marque ?

Pascal Brindeau : la marque territoriale « Vendôme bien plus qu’une place » participe au gain de notoriété qui fait de notre territoire un lieu où la ruralité se conjugue avec l’innovation et le dynamisme. Cette marque donne aussi une identité partagée au Vendômois. Elle cible l’Ile-de-France une région proche grâce au TGV. S’il faut bien 10 ans pour ancrer une marque, les premiers résultats sont très positifs grâce aussi à nos ambassadeurs comme Marie-Amélie Le Fur, triple championne olympique, le comédien Emmanuel de Brantes ou le commissaire priseur Philippe Rouillac qui nous aident dans la promotion.

Magcentre.fr : comment va s’organiser votre succession à la tête des deux exécutifs ?

Pascal Brindeau : la majorité municipale et moi-même avons souhaité une transition en douceur pour terminer le mandat. L’idée est de ne rien changer. Les adjoints conserveront leurs délégations et les équilibres politiques de la majorité municipale seront maintenus. Le schéma est identique pour l’agglomération où nous souhaitons ne rien déstabiliser. Nous avons progressé dans la confiance avec les élus ruraux.

Mon successeur désigné est Laurent Brillard. Orthophoniste au centre hospitalier de Vendôme, nous travaillons côte à côte depuis 2001 et sommes tous deux membres de l’UDI. C’est un homme reconnu pour ses qualités humaines qui est aussi un gros travailleur. Actuellement conseiller délégué aux affaires administratives, à la sécurité et la prévention de la délinquance, il est aussi président du syndicat Téa qui gère le transport de l’eau dans les communes d’Areines, Meslay, Saint-Ouen et Vendôme. Passionné par sa ville et le Vendômois, il sait parfaitement faire fonctionner une assemblée délibérative. Il a donc toutes les qualités pour réussir et toute ma confiance (3).

Magcentre.fr : vous êtes un peu le fils spirituel de Maurice Leroy que vous accompagnez depuis 1997, comment expliquez-vous qu’il ait succombé à « la tentation de Venise » ?

Pascal Brindeau : nous avons chacun notre personnalité. Je suis un peu surpris de l’accélération mais sa décision est un choix que je respecte. Il a aujourd’hui l’opportunité de s’épanouir dans un autre univers et je m’en réjouis. Sur le fond, je partage avec Maurice Leroy l’idée qu’un élu n’a d’utilité que s’il est enraciné localement, s’il est en contact permanent avec la population. Or, la loi de 2014 sur le non cumul d’une fonction exécutive locale avec le mandat de député a cassé quelque chose. Il y a aujourd’hui une forme de déconnexion, de coupure entre la représentation nationale et le terrain. Le mouvement de contestation actuel n’est pas étranger à cela, à ce manque d’écoute d’une majorité qui ne reflète pas l’opinion. La perspective de réforme constitutionnelle qui envisage de créer deux grandes circonscriptions législatives nord et sud Loire ne va pas arranger les choses.

Magcentre.fr : quel sera votre rôle à l’Assemblée nationale ? Lorsque vous aviez remplacé M. Leroy Ministre de la ville entre 2010 et 2012, vous aviez rédigé un rapport remarqué sur « la gestion des âges de la vie dans la fonction publique, pour une administration moderne et efficace », allez-vous travailler de nouveau sur ce sujet ?

Pascal Brindeau : je vais siéger à la commission des affaires étrangères et je compte bien apporter mon expérience des problématiques locales au sein du groupe UDI-Agir & indépendants présidé par Jean-Christophe Lagarde. Je serai bien-sûr relais sur les sujets liés à la fonction publique particulièrement importants dans le contexte de réforme annoncée.
Non sans pincement au cœur, je vais quitter un mandat passionnant où l’on mesure chaque jour le poids de ses décisions. En tant que suppléant, je me dois d’assumer mes responsabilités. Je reste plus que jamais mobilisé pour le Vendômois que je suis heureux de représenter à l’Assemblée nationale.

Magcentre.fr : un mot sur le centre aquatique des Grands-Prés dont l’ouverture est de nouveau reportée…

Pascal Brindeau : le 10 décembre dernier, nous avons constaté une fuite sur les bassins de filtration. Les causes sont un défaut de conception technique et architecturale (calcul des fluides et matériaux) du maître d’œuvre. Le cabinet Octant architecture a reconnu ses responsabilités. Aujourd’hui, nous recherchons des solutions techniques pour résoudre ce problème et nous sommes en capacité de les avoir. Le maître d’œuvre évalue le montant des travaux qui devraient durer de 3 à 4 mois pour une ouverture avant l’été. Nous sommes dans une approche amiable car personne n’a intérêt à ouvrir un contentieux. Nous souhaitons cependant que le préjudice économique de la ville et des associations soit reconnu et indemnisé.

Propos recueillis par Jean-Luc Vezon

(1) La communauté d’agglomération Territoires Vendômois a été créée le 1er janvier 2017 par fusion de la communauté de communes du Pays de Vendôme, de la communauté de communes du Vendômois rural, de la communauté de communes Vallées Loir et Braye et de la communauté de communes de Beauce et Gâtine.

(2) Le début prévisionnel de l’activité de l’atelier de maroquinerie de luxe est prévu au 1er semestre 2020.

(3) Son élection à la mairie de Vendôme est prévue le 31 janvier prochain à 19 h, celle à Territoires Vendômois le 2 février à Montoire.

Afficher les commentaires