Le romorantinais CPE repris par l’éditeur Ramsay

Après dépôt d’une offre à la barre du tribunal de commerce, c’est le groupe parisien Ramsay (22 M€ de chiffre d’affaires dans les transports de fonds, l’immobilier, le multimédia et l’édition,) qui va reprendre les Éditions CPE au 1er janvier 2019.

Les dernières parutions des éditions CPE.

Les éditions CPE à Romorantin éditent des journaux (Le Petit Solognot) et des livres (Marivole). Confronté à des difficultés de financement bancaire, le dirigeant a préconisé la mise en place d’un plan de cession pour maintenir l’activité et la développer.

Dans le montage validé, une filiale est créée pour l’activité journaux (Le Petit Solognot, le Petit Blaisois notamment), l’édition sera administrée depuis Paris directement par le repreneur Ramsay Éditions. La filiale sera dirigée par Frédérique-Rose Matho, actuelle rédactrice en chef des journaux gratuits. Christophe Matho devient pour sa part directeur littéraire de Ramsay et va participer au développement de la marque.

Par ce rachat à la barre du tribunal 320.000 € (prix et investissements), l’éditeur parisien Ramsay veut redevenir une marque phare de la littérature française. La partie édition du groupe Ramsay, dont Hervé Cordel est le président, est dirigée par Olivier Wright, elle comprend aujourd’hui 10 marques à forte notoriété comme Ramsay, Vilo, Terrail ou Pelican…

Un nouveau départ pour CPE

L’éditeur a prévu d’injecter 200.000 € de liquidités pour assurer le fond de roulement. Il va appuyer sur le studio de prépresse existant, lequel travaillera pour toutes les marques d’édition du groupe Ramsay à Romorantin. (1) Les romans de Ramsay ou Marivole seront ainsi préparés dans la capitale de la Sologne tout comme les beaux livres de Vilo ou de Terrail. Le site deviendra ainsi « le back office » d’une grande marque d’édition française.

Compte tenu de ce repositionnement stratégique, C. Matho espère un gain d’emploi direct dans les 3 ou 4 ans mais également en sous-traitance ; il se montre heureux de rejoindre Ramsay « l’une des plus vieilles marques de l’édition française ». Dans l’immédiat, le plan de reprise implique la perte de 4/5 emplois.

Des difficultés dès 2014

En juin 2014, CPE avait déjà été confronté aux difficultés de son distributeur de livres la SAS de Borée Distribution basée à Clermont-Ferrand qui sera liquidé en lui laissant une dette de 700.000 €. CPE va alors structurer celle-ci par le biais d’une procédure de sauvegarde qui permet de geler les crédits courts termes des banques et de les rembourser sur 10 ans.

Christophe Mathon (éditions CPE). (c) JP Perraguin.

Parallèlement, Christophe Matho propose au groupe de presse La Montagne-Centre France de reprendre les éditons de Borée à la barre du tribunal de Clermont-Ferrand. Il accompagne depuis lors La Montagne en tant que directeur des collections.
Malgré un volume d’affaires conséquent, les banques avaient refusé de prêter à court terme à CPE en argumentant que l’entreprise a organisé sa dette autour d’une procédure de sauvegarde.

L’absence de financement du compte client va peu à peu étouffer l’entreprise. En chef d’entreprise avisé, Christophe Matho avait proposé dès septembre 2018, un plan de cession des actifs de l’entreprise.

Jean-Luc Vezon

(1) Incluant notamment le travail éditorial, la mise en page et le montage des livres ou la relecture, …)

Afficher les commentaires