Voeux du Maire d’Orléans: une passerelle 2018-2019…sans passerelle sur la Loire

C’est une tradition, les voeux, qu’ils soient familiaux amicaux ou “officiels”,  font office de passerelle entre les deux années, l’une finissante, l’autre naissante. Oui une “passerelle”. Justement la fameuse passerelle sur la Loire, pour la circulation douce pourtant promise par le maire d’Orléans, ne fait pas partie de ses voeux pour 2019, déclinés dans un clip par Olivier Carré devant un échantillon d’Orléanais.

 

Alors il est vrai qu’en 8 minutes de cette vidéo de “bonne année”, il faut bien faire des choix et le maire a décidé d’évoquer la maladie chronique de la métropole, la santé, et l’un de ses remèdes les MSP, mais aussi les futures trois grandes écoles d’ingénieurs et de commerce, les deux piscines, l’une rénovée à La Source, la bien nommée, l’autre à la place de la sinistre prison du centre ville…

En hors d’oeuvre, les images d’Orléans nous montrent bien la “qualité de vie”, vues du bord de Loire où il fait bon jogger, le lab’O où il fait bon startuper, l’université aux finances retrouvées où il fait bon phosphorer et ce pont de l’Europe plein de voitures et son panorama si contemporain sur le fleuve royal où il fait bon rouler. Mais pas plus de passerelle que de Faculté de Droit dans l’ancien hôpital ou que de cité de la musique à la tête nord du pont de l’Europe où il devait faire bon jouer de la musique ensemble. Des grands projets seulement retardés à des horizons lointains, ou bientôt abandonnés, voeux pieux en somme…? 2019 en dira plus…

https://vimeo.com/307669557

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Tant mieux s’il ne parle pas de la cité de la Musique, car l’endroit est plutôt mal choisi. Laissons le noble conservatoire d’Orléans à sa place !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.