Blois : Monsabré, le petit théâtre est devenu grand

Rouvert en 2014, le théâtre blésois rentre peu à peu dans la cour des grands lieux de spectacle vivant de la région. Entièrement privé, il met à l’affiche one-man-shows, concerts ou comédies de boulevard comme les Colocs qui ont fait salle comble le 31 décembre dernier.

Jean-Jacques Adam a réussi son pari construire un vrai théâtre populaire.

Jean-Jacques Debout, Tex, Jérôme Commandeur, Gil Alma (Nos chers voisins), Nilda Fernandez, Mars et Vénus, La salle de bain… les succès se suivent dans le petit théâtre aux sièges de velours rouge. On doit la renaissance de cette salle, la plus ancienne de la ville, construite dans les années 30 au cœur du quartier populaire de Blois-Vienne, à Jean-Jacques Adam, personnalité hors du commun qui a posé ses valises sur les bords de Loire au tournant du siècle.

Ce pionnier des radios libres tombe sous le charme du site situé dans l’école Saint-Marie-Monsabré au point de décider de lui redonner un peu de son âme d’antan, du temps glorieux de l’emblématique curé Richard… Jean-Jacques fédère rapidement une équipe de bénévoles passionnés qu’il réunit au sein de l’association du théâtre de Monsabré.

En mars 2014, le rideau rouge tombe de nouveau sur la jolie scène. Au four et au moulin, généreux et engagé, Jean-Jacques pilote une programmation éclectique et joyeuse. Il mobilise « ses potes tourneurs ou agents » sur Paris pour concocter des affiches de derrière les fagots. Au fil, des saisons, celle-ci va s’étoffer jusqu’à faire pâlir d’envie des structures dotés de plus gros moyens !

« Faire rire. Nous avons trouvé notre ADN en nous démarquant des autres salles de la ville comme la Halle aux Grains ou la Maison de Bégon ; à Monsabré, c’est pas du Molière, on se prend pas le melon. Dans une époque en crise, c’est important de lâcher prise », assure Jean-Jacques Adam. Autre créneau, celui des vieilles gloires de la chanson française dont les refrains sont encore sur toutes les lèvres. Pour Chantal Goya en décembre dernier par exemple, la foule s’est bousculée pour écouter Pandi-Panda ou Bécassine, sans oublier, les troupes locales comme le théâtre de l’Épi, la Troupe de poche ou la compagnie Lézard Scénique.

Les Gilets jaunes, au théâtre des Ronds-points blésois

Au fil des saisons, fort de trois spectacles par semaine, le théâtre attire ainsi de plus en plus de spectateurs qui viennent aussi des métropoles voisines. « Nous sommes plein a minima deux fois par mois et notre quatrième saison de septembre 2017 à juillet 2018 à été une vraie réussite. Depuis septembre, nous sommes dans la même dynamique malgré les gilets jaunes qui nous ont obligés à reporter plusieurs scènes comme l’humoriste Jean-Yves Lafesse » développe Jean-Jacques qui sait aussi être à l’écoute de son public pour proposer ce qu’il attend.

Le boss est aussi « un cuisinier » hors pair qui sait mêler les ingrédients du succès dont une utilisation optimum des réseaux sociaux et du site internet, précieux vecteurs d’une communication positive et joyeuses. Avec plus de 10.000 vues chaque mois, son site riche d’informations est plébiscité. Mais ce qui singularise surtout Monsabré, c’est sa convivialité. On est loin de « la machine à faire du cash » des théâtres parisiens. « Les spectacles coûtent cher. Les artistes et comédiens ont besoin de tourner. À Blois, ils sont accueillis à bras ouverts dans des conditions techniques de qualité » précise Jean-Jacques. Dans quelques mois, un lieu spécifique pour discuter autour d’un verre sera même aménagé.

Au-delà, Jean-Jacques a su faire du théâtre un lieu de vie dans un quartier qui connait un nouveau souffle avec l’achèvement des travaux de rénovation du centre ville. Membre actif de l’association des commerçants de Blois-rive gauche, il travaille avec Philippe Bahut son président et tous les membres à rendre le quartier de Vienne encore plus attractif. « C’est un village dans la ville où il fait bon vivre. Nous sommes unis et solidaires » se félicite cet optimiste invétéré.

Les Colocs, 14 ans de succès

Robert, Jean-Phil et Jano, les 3 colocs, ont fait le show pour la Saint-Sylvestre.

Les 240 spectateurs ont donc achevé l’année 2018 sur une exceptionnelle tranche de rire avec les Colocs. Un spectacle façon café-théâtre de boulevard mêlant quiproquos, situations hilarantes, disputes et crises de nerf. Entre les Pieds nickelés et de Marx Brothers, les trois comédiens (Jean Heredia, Patrick Hernandez, Robert Punzano) se sont lâchés offrants 45 mn d’improvisation en sus de l’heure du spectacle !

2019 démarre donc sur les chapeaux de roue pour J.J. Adam et son équipe qui ont des projets pleins la tête comme par exemple en avril et mai prochain « une occupation » de la Halle aux Grains (680 spectateurs) pour accueillir deux Grosses têtes Chantal Ladesou et Bernard Mabille. Isabelle Aubret, Henri Guibet, Grâce de Capitani ou la chanteuse Romane Serda sont aussi annoncés sur les planches tandis que des contacts sont bien avancés avec Smaïn ou Guy Montagné. J.J. Adam caresse aussi l’espoir de faire monter sur la scène du Jeu de Paume une grande artiste … (mais chut, c’est encore un secret !).

Plus proche, Philippe Chevallier sera sur scène dès le 5 janvier (20h45) tandis que le dimanche 27 (16h), c’est Pascal Danel, merveilleux interprète des Neiges du Kilimandjaro et de La plage aux romantiques qui donnera un récital.

« Je souhaite que les Blésois sortent et profitent d’une offre culturelle exceptionnelle. Ils ont une chance incroyable dans cette ville » nous dira J.J. Adam en remerciant ses fidèles soutiens et mécènes comme la Ville, le Département de Loir-et-Cher, Groupama, le magazine 30 jours ou encore la radio Vibration. Grâce au soutien financier de la Région Centre-Val de Loire (Cap Asso), le théâtre va aussi pouvoir financer son premier emploi salarié. « Cela va nous permettre d’améliorer notre régie » conclut Jean-Jacques Adam.

Jean-Luc Vezon.

Théâtre Monsabré : 11 rue Bertheau 41000 Blois. Réservations au 06 95 20 86 25 ou 06 44 80 25 45. www.theatremonsabre.fr

 

 

Afficher les commentaires