Bourges “promue” capitale de l’Acte IX des Gilets jaunes: “tous chez les bourgeois!!!”

Samedi 12 janvier, Bourges, capitale de la France au temps de la guerre de cent ans mais capitale quand même, pourrait se retrouver sous les lumières des projecteurs, des caméras, des feux de poubelles peut-être, ou dans les éclats des grenades lacrymogènes à la manière d’un autre Puy-en-Velay. Ou bien rien du tout. La mobilisation, au moins sur les réseaux sociaux, est par contre réelle.

L’appel à la manif de samedi sur un réseau social.

Tel un Roger Gicquel de la fin des années 70, du siècle dernier, on pourrait annoncer: la France a peur. La France ? Pas toute la France mais son centre géographique, Bourges, déclaré comme tel par Éric Drouet, une des figures des gilets jaunes, et la page FB « La France en colère » initiée par Priscilla Ludoski.  Au lendemain ou presque de l’acte VIII des manifestations des gilets jaunes, un appel a été lancé pour ” Un rassemblement de tous au centre pour confirmer notre unité et permettre à tous d’être à distance égale en partance des grandes villes », et d’ajouter, pour faire marrer l’auditoire comme un vilain garnement de CM2, « Pas de lutte de classes, tous chez les bourgeois ». Comme chacun le sait, ou pas, les habitants de Bourges sont des Berruyers même s’il ne sont pas noirs et musiciens et encore moins assistant du célébrissime commissaire San Antonio. Quitte à faire dans la rigolade, allons jusqu’au bout, non ?

A Bourges les manifestants étaient là depuis la première manif.

2300 personnes seraient « participantes » et 12 000 « intéressées » par la manif

Donc, le sourcil broussailleux et la voix grave, on peut le dire : Bourges a peur. Il est vrai que, si l’on en croit toujours les réseaux asociaux, 2 300 personnes seraient « participantes » et 12 000 seraient « intéressées » pour cet acte IX de « la colère du peuple » puisque, c’est un théorème de base, un gilet jaune quel qu’il(lle) soit, est, sera, doit, représenter le peuple. Ainsi le peuple sera en foule dans les rues de Bourges et ça peut foutre les jetons quand on est juste parvenu, après 40 ans, à résorber la venue des punks à chiens au moment du festival musical du Printemps de Bourges. La municipalité s’inquiète de voir des casseurs s’immiscer dans la manif et a déjà pris des décisions pratiques comme l’enlèvement des horodateurs, des éléments de mobiliers urbains qui sont, il est vrai des représentations parfaites de notre société où le consumérisme et les taxes sont à chaque coin de rue, ou en bordure de trottoir.  (C’est bon pour la définition?) De même, les illuminations de Noël installées devant la Maison de la Culture 1, la vieille, celle qui ne sera pas rénovée mais remplacer par la MCB2 sur les ruines d’un quartier gallo-romain, ont été retirées. Faut dire que le 12, ça fait 15 jours que le Père Noël est passé… Plusieurs lieux publics comme l’hôtel de ville, le parking en dessous, les musées de Bourges, seront fermés.

 

Commerçants, préfecture, mairie inquiets

Entre A.20 et A.71, à Vierzon, les manifestants occupent toujours le terrain.

A la dernière grande manif à Bourges pour l’hôpital, on hésitait entre blanc et tricolore.

Les commerçants s’inquiètent. Un premier samedi de solde et une manif en même temps. Ce n’est pas la meilleure des associations  pour faire briller de mille éclats les euros dans les tiroirs-caisses. D’ailleurs, quelques représentants de la pugnace profession des commerçants sédentaires du cru envisage de fermer boutique. Au moins l’après-midi de samedi. Pourtant, le parcours annoncé est loin de passer au ras des vitrines de la rue Moyenne.

D’ailleurs, si la préfecture s’inquiète, ce n’est pas à cause du parcours puisque – c’est Facebook qui le dit, donc c’est vrai- elle a été « avisée et en accord avec le Rassemblement du 12 ainsi que sur le parcours annoncé ». Un peu à cause du nombre potentiel de manifestants en jaune. Un peu à cause du nombre de manifestants en rouge aussi. C’est que, samedi, si les gilets jaunes seront sur le bitume de Bourges, ils ne seront pas les seuls puisque l’Union départementale CGT a lancé, aussi un appel à manifester à partir de 13 heures avec un accueil des « camarades » venus de loin, l’union régionale Val de Loire a appelé à participer, à partir de 11h30. Par contre, le message est clair « c’est une manifestation CGT » donc avec le

Pascal Blanc, le maire de Bourges.

matériel habituel : banderoles, drapeaux, chasubles, autocollants, badges et tutti quanti. Et comme à la vieille Centrale on a appris le petit manuel du manifestant organisé il est prévu un service d’ordre qui « n’a pas vocation à aller au contact mais surtout d’éviter le contact avec qui que ce soit qui pourrait être hostile ». Surtout, même s’il est prévu de « converger avec le rassemblement de GJ », les instances départementales sont claires sur le sujet : « le SO ne servira que les manifestants qui seront dans le cortège CGT et ne sera en aucun cas pour les manifestants GJ. »

Intéressant de voir l’attitude des gilets jaunes jusqu’à maintenant farouchement opposés à tous rapprochements avec des organisation syndicales ou politiques

 

Collation, discours, cortège…

Techniquement, les manifestants de l’Acte IX devraient être accueillis par une collation/café, sur la place Séraucourt de Bourges, à partir de 10 heures et jusqu’à 12 heures. Ensuite, à 13 heures, sont initialement prévue « Allocution en réponse aux vœux du Président et prises de parole libres » pour un départ de la « marche pacifique » vers 14 heures. La manifestation doit démarrer place Séraucourt rejoindre le pont d’Auron, le carrefour de Verdun, la gare, la place Saint-Bonnet et revenir à Séraucourt.

 

Fabrice Simoes

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Ne reste plus aux gilets jaunes qu’ à entendre les voix d une nouvelle Jeanne d Arc et de venir en nombre manifester à Orléans pour enfin, et pour reprendre une expression de l ancien président, gagner la guerre des …”cent dents”

  2. ce grand article, quelle belle promotion pour les gj ! bravo ! Maintenant, on sait, où il faut aller se divertir ce WE ! Non, mais….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.