Auxerre: des gilets jaunes bloquent la diffusion de l’édition d’Orléans de la République du Centre

Nouvelle atteinte à la liberté de la presse: une cinquantaine de gilets jaunes, certains cagoulés, ont bloqué le centre d’impression de l’Yonne Républicaine à Auxerre dans la nuit de vendredi à samedi. C’est pourquoi l’édition d’Orléans de la République du Centre était absente des kiosques, dépôts de presse et grandes surfaces samedi matin. Plusieurs quotidiens du groupe Centre France sont en effet imprimés à Auxerre dont le Journal du Centre et l’édition d’Orléans de La Rep.
 

Le blocage du Centre d’impression à Auxerre.@Centre France.

L’édition du Loiret est, elle, imprimée en région parisienne et a donc pu être acheminée normalement dans le reste du département. A Auxerre, le groupe de manifestants s’est installé devant les portes du centre d’impression vers 23h 45. Ils n’ont été délogés par le forces de l’ordre que vers 3 heures du matin, après que les gilets jaunes ont mis le feu à des palettes.

Après le blocage du même genre subi par Ouest-France à Rennes fin décembre qui ont empêché la diffusion de 180 000 exemplaires du journal, d’autres groupes de presse ont été la cible de certains gilets jaunes ce week-end.

“Caractéristique de la dictature”

A Anzin, dans le Nord de la France, des gilets jaunes ont bloqué dans la nuit de vendredi à samedi un dépôt de La Voix du Nord, empêchant la distribution de 20.000 exemplaires du journal. L’accès à cette plate-forme de livraison située près de Valenciennes « a été bloqué par une trentaine de manifestants qui menaçaient de brûler le camion », en provenance de l’imprimerie, a déclaré à l’AFP le directeur de la publication, Gabriel d’Harcourt. Une plainte va être déposée par la direction du quotidien.
François Chrétien, chef de la rédaction  de Ouest-France avait dans un billet parfaitement résumé l’attitude des gilets jaunes contre la presse régionale: “Notre quotidien indépendant tient à la variété de ces approches…À la différence des réseaux sociaux qui confortent chacun dans ses certitudes, elle permet au lecteur de se forger sa propre opinion, dans le débat. Comme le dit un autre Gilet jaune : « Bloquer un journal car sa ligne éditoriale ne nous convient pas et lui demander de la modifier, c’est une caractéristique de la dictature. »
Devant  l’attitude déplorable de ces manifestants contre la liberté de la presse, Magcentre apporte son soutien sans réserve à la rédaction de la République du Centre et aux ouvriers du livre empêchés de faire acheminer les journaux papiers du groupe Centre France.
– La version en ligne du quotidien est disponible à cette adresse: https://www.larep.fr/services/journal.html?dateParution=12/01/2019&edition=79

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. “Devant l’attitude déplorable de ces manifestants contre la liberté de la presse”
    la liberté de la presse, laissez moi rire.
    La presse à pour rôle informer.
    Il fut une époque de plus en plus lointaine, on distinguait les journaux d’information et ceux d’opinion.
    ça n’est plus le cas; La domination de la pensée unique, la formation très à gauche des journalistes, et la concentration des organes de presse par des quelques milliardaires« patrons » font qu’il n’y a plus que de la désinformation ou une information ,soigneusement triée , choisie et terriblement orientée.Notre presse est devenu un outil de désinformation plutôt que d’information.

  2. Tant qu’il sera possible de discuter de la liberté « formelle ou réelle » de la presse, les temps seront encore à la démocratie.
    Avec le régime politique que nous annoncent de telles manifestations de GJ, on ne serait plus en démocratie.
    C’est donc maintenant qu’il faut réagir. Demain il peut-être trop tard.

  3. Soulignons que lorsque des gilets jaunes bloquent la sortie d’une camionnette d’une imprimerie, c’est la liberté de la presse qui est en jeu. Mais quand ce sont des ouvriers du livre et leur syndicat majoritaire qui bloquent les rotatives, de quoi s’agit-il ? De justes revendications syndicales bien sûr ! Ce mouvement des gilets jaunes, parasité par tous les adorateurs de Dieudonné et de Marine, montre bien que 100.000 personnes peuvent faire vaciller la République. Devant les yeux ébahis de 65.000.000 de veaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.