Le grand débat, pour Charles Fournier (EELV-région): “Nous on l’a déjà fait…”

Vice-président (EELV) du conseil régional, Charles Fournier rappelle à eux qui l’auraient oublié que le Conseil régional a lancé une démarche de “démocratie participative”. Il faut en convenir, en France, les outils de démocratie de proximité sont légion. Que ce soit les conseils de quartier, les budgets participatifs et autres…Combien de citoyens les connaissent, y participent? Combien de gilets jaunes? Qui assiste aux conseil municipaux, aux conseils départementaux, régionaux, aux session du CESER, qui sont publics et qui traitent de la vie  des gens au  quotidien? Problème de communication?

Il est vrai qu’il est plus facile bien planqué derrière son écran de crier “Macron démission” ou “élus tous pourris”. Espérons que le Grand débat démontrera le contraire.

Charles Fournier (EELV).

Charles Fournier en oubliant de donner des chiffres de participation, rappelle, qu’“en 2016, la Région lançait une démarche de « démocratie permanente » avant-gardiste, anticipant d’une certaine manière le progrès démocratique auquel aspire le mouvement des « gilets jaunes ». Cela a notamment été l’occasion de parler pendant une année des préoccupations des habitants, de la place des citoyens dans les processus de prise de décision, de l’usage des nouveaux outils démocratiques ou encore de l’inclusion des populations les plus éloignées. Les retours et contributions issus de cette démarche, non seulement constituent un matériau utile au débat, mais font déjà l’objet pour certaines propositions, de de mesures votées et opérationnelles.

Un débat public suppose un contrat de participation clair, avec une garantie de transparence, de neutralité du gouvernement et d’indépendance complète de la démarche. Sans cette garantie, le risque est grand que la démocratie en ressorte encore plus affaiblie. Le renoncement de la présidente de la Commission Nationale du Débat Public et finalement l’absence d’autorité indépendante pour animer ce débat interrogent la capacité du gouvernement à garantir l’indépendance et l’autonomie du processus. Quid aussi des conditions de restitution du débat, du traitement qui sera fait des propositions, du calendrier de mise en œuvre, de la place de l’Assemblée nationale ?”

 

Afficher les commentaires