“Saison sèche “, scénographie mouvante et corps sous pression.

 
“Je cherche la matière, l’indomptable” exprime Phia Menard, chorégraphe, performeuse et metteuse en scène de l’un des spectacles de danse contemporaine  les plus attendus de la Scène nationale d’Orléans.
 
Et l’artiste, directrice de la compagnie Non Nova  de poursuivre. “Pour « Saison Sèche », c’est l’envie de travailler sur l’ondulation et la sueur qui m’est apparue comme un phénomène lié au rituel. Je travaille autour des phénomènes de tremblement des sols, parois, plafonds, des oscillations lumineuses et sonores, et de transformation du solide en mou comme une croûte terrestre laissant sortir des flux de boues. C’est au cours de nos tournées dans des régions volcaniques, notamment à l’Ile de La Réunion ou en Indonésie, que j’ai porté un regard fasciné et d’effroi à la matière minérale en mouvement des volcans et des tremblements de terre. Bien sûr, loin de moi la possibilité de créer sur scène un tel spectacle mais l’envie de susciter la tension de l’attente et de la peur qu’éveillent ces phénomènes invisibles.”
 
Jeudi 17 et vendredi 18 janvier, 20 h 30, salle Barrault, Théâtre d’Orléans. Durée: 1h30. Places: de 13 à 25 euros. En savoir plus: www.scenenationaledorleans.fr

Jean-Dominique Burtin

Afficher les commentaires