Jazz or Jazz # 4: afro, jazz et contemporain

Il est assez plaisant de constater qu’après la conférence de presse des Fêtes de Jeanne d’Arc, la conférence de présentation de Jazz or Jazz est l’une des plus courues d’Orléans et qu’il y avait foule ce jeudi matin pour découvrir en avant première, le programme de cette quatrième édition concocté par Stéphane Kochoyan et la  Scène Nationale d’Orléans.

Et quel programme ! ce sera, début avril, cinq soirées (une de plus qu’en 2018, on ne s’en plaindra pas !) pour un programme de jazz “progressif” qui conduira le spectateur d’un jazz de découverte avec une ouverture à 18 h avec le label Jazz Migration qui promeut ce qu’il se fait de mieux dans la jeune génération du jazz hexagonal, ouverture suivie d’un double concert qui associera une valeur sûre de la création contemporaine en jazz à un artiste reconnu du jazz afro, créant ainsi un pont entre origines et création jazzistique actuelle. Des racines et des ailes du jazz en quelque sorte !

Pour les plus passionnés qui veulent toujours en savoir plus, chaque midi une formule “Saveurs jazz” sera proposée au bar de l’Entracte, permettant de déjeuner en assistant à une conférence thématique autour de l’histoire du jazz animée par d’éminents collaborateurs de la revue Jazz Magazine. Et entre deux concerts, on pourra déambuler sur la galerie du théâtre pour découvrir les photos d’un des plus grands noms de la photos de jazz, Jean Pierre Leloir, disparu en 2010, laissant des clichés d’une grande intensité des artistes les plus célébrés, de John Coltrane à Louis Amstrong en passant par Miles Davis et tant d’autres que vous pourrez découvrir en noir et blanc et en couleur.

Dexter Gordon Paris, Ternes chez Jean-Pierre Leloir 30/03/63

Découvrez le programme !

Vous trouverez l’intégralité du programme sur le site de Jazz or Jazz, avec une billetterie qui ouvre ce vendredi, et attention certaines soirées risquent d’être chaudes… Mais évidemment, nous avons quelques coups de cœur que l’on ne peut s’empêcher de vous communiquer, d’abord avec le concert d’ouverture avec le trio Palacio animé par ce grand ami dévoué du jazz et saxophoniste qu’est le chartrain Jean Jacques Ruhlman qui nous offrira un jazz toujours aussi plaisant dès le mardi soir pour fêter la sortie d’un sixième album produit sous le label O’Jazz. Et puis on essaiera de ne pas manquer l’émotion de Dhafer Youssef, le même soir, avec “Sounds of Mirrors” pour sa voix et son oud aux mélopées nourries de culture soufie. Le lendemain coup double afro-cubain, avec Lura, la filleule de Cesaria Evora et du Cap-Vert venue avec sa voix grave et cuivrée, suivie donc de Roberto Fonseca, le pianiste cubain au Grammy Award catégorie “Meilleur album latin jazz” qui accompagna en 2015 la chanteuse malienne Fatoumata Diawara (qui sera à Orléans ce dimanche 27 janvier).

SalifKeita1©Thomas_Dorn

Et puis, ce sera Mulatu Astatke avec “Sketches of Ethiopia”, une occasion d’exception de découvrir l’immense créativité de la musique éthiopienne et son métissage avec le jazz: un continent à elle toute seule, que l’on a découvert un peu par hasard avec la musique du film de Jim Jarmush, “Broken Flowers” en 2005. On retrouvera avec curiosité Thomas de Pourquery et son inclassable  quintette “Supersonic” que nous avions rencontré en 2013 lors du dernier Orléans Jazz, qui sera suivi du très grand Erik Truffaz, trompettiste de son état, avant le concert incontournable du malien Salif Keita qui marquera par ce concert intitulé “Un autre Blanc” (pour rappeler son statut particulier d’albinos), ses cinquante années de carrière musicale d’une richesse exceptionnelle.

Une grande fête du jazz qui se terminera, c’est devenu une tradition à Orléans, par un bal swing animé par le Umlaut Big Band: et bien dansez maintenant !

GP

Scène Nationale d’Orléans

Jazz Or Jazz

Afficher les commentaires