C’est parti pour le Grand débat à Beaugency (Loiret) qui a fait salle comble

Samedi après-midi, une réunion de pré-grand débat national a fait salle comble à l’Agora de Beaugency, signe que les citoyens se sentent concernés par ses enjeux.

Jacques Angot dans le rôle délicat de modérateur

 

 

L’association citoyenne CaféCiCré, modératrice des débats

Pour mener les échanges, Jacques Angot, président de CaféCiCré, une association balgentienne impliquée dans des débats citoyens, a joué le rôle de modérateur, afin de permettre à tous de s’exprimer sans débordements, de veiller à ce que la réunion ne prenne pas un tour trop « idéologique » et d’envisager la suite à donner à cette première rencontre.  Egalement présents dans la salle, le maire, David Faucon, et quelques conseillers. Le 1er édile a juste signifié que la mairie assurerait la logistique en mettant à disposition les locaux, et ferait remonter les résultats de la  concertation courant mars. Stéphanie Rist, députée de la circonscription, a pareillement assisté aux échanges, dans « une posture d’écoute ».

« Le ressenti exprime aussi quelque chose ».

La salle de l’Agora s’est vite remplie pour ce débat citoyen.

Parmi la centaine de personnes ayant fait le déplacement (dont une majorité de retraités, mais aussi des fonctionnaires, des chefs d’entreprises, des militants, etc), beaucoup ont pris la parole, exprimant ainsi leurs doléances, leurs craintes et aussi leur ressenti. A ce sujet, d’aucuns ont émis la réserve que de nombreux sujets demandent une expertise qu’ils n’ont pas forcément, et qu’un minimum d’informations fiables sont nécessaires pour alimenter les débats afin qu’ils ne tournent pas dans le vide. Pourtant, tous se sont accordés pour reconnaître qu’il ne devait y avoir aucun sujet tabou et que ce « ressenti » devait être exprimé, car même s’il n’est pas la « vérité », il est révélateur de dysfonctionnements ou d’un réel malaise. Plus généralement, c’est à la vaste question du modèle de société voulue à laquelle certains débatteurs veulent s’atteler, tandis que d’autres préfèrent opter pour des propositions plus concrètes, les deux n’étant, au passage, pas nécessairement incompatibles. Être capable d’écrire à plusieurs mains restera toutefois un défi, à Beaugency comme ailleurs.

Des rencontres tous les samedis

Le problème de l’organisation concrète des débats s’est alors posé. Tous se sont accordés pour identifier un certain nombre de thèmes sur lesquels ils sont prêts à s’engager. Parmi les présents, certains sont déjà investis dans des associations citoyennes ou dédiées à la protection de l’environnement, et peuvent très bien animer les discussions. Aux quatre sujets proposés par le Président Macron dans sa lettre adressée aux Français s’en ajoutera un cinquième qui sera « libre ». Chacun pourra y exprimer toutes ses revendications et propositions qui n’entrent pas dans les thèmes définis par le Président. Tous les samedis après-midis, les personnes volontaires pourront ainsi se retrouver afin d’échanger au sein des cinq ateliers mis en place. Aux citoyens maintenant de s’en emparer !

Julien Roland

 

 

 

Afficher les commentaires