Fleury-les-Aubrais : les bons contes se sont faits pleins d’amis

« Tu causes, tu causes, c’est tout c’que tu sais faire ». Cette réplique culte d’un film déjà ancien aurait perdu un peu de sa superbe, ce samedi 19 janvier, pour ceux venus en nombre à la médiathèque de Fleury-les-Aubrais lors de la « La nuit de la lecture ». N’oublions pas qu’en Afrique, le verbe prime sur l’écrit, et que les conteurs savent nécessairement bien causer, pour retenir leur auditoire, et transmettre leur savoir ou leur morale.

Les organisateurs attendaient environ 100 personnes, et ce sont près de 350 qui sont venues pour écouter les contes africains proposés dans le cadre de l’exposition « Sous l’arbre des palabres », dont Marie-Agnés Linguet, maire de la commune. Ce fut un tel succès que deux lieux de prestation furent nécessaire pour loger tout le monde, quitte à réinventer un « arbre des palabres » au milieu des rayonnages de livres, en plus de la salle dédiée à l’exposition.

En effet, depuis le 15 janvier, et jusqu’au 9 février, cette exposition intitulée « Sous l’arbre à palabres » nous emmène au cœur d’un village africain, dans un décor réalisé par le scénographe et plasticien orléanais Ludovic Meunier. Cinq espaces s’y enchainent harmonieusement,  les animaux,  les devinettes,  les contes didactiques (où la morale l’emporte), les contes étiologiques (qui expliquent l’origine des choses) et les contes humoristiques. A côté de cela vient se greffer une présentation de masques africains et d’instruments de musiques appartenant à Pierre Bauchet, l’ancien maire de la commune, qui reconnait en posséder au moins de 300, et avoir un correspondant sur le continent africain pour enrichir sa collection.

Ce 19 janvier, à partir de 18 h 30, la grande fête africaine commençait avec les prestations hautes en verbe et en couleur de deux conteurs et une conteuse, Fine Poaty, Dorient Kaly et Edmond Bolo, qui alternaient leurs Palabres et danses autour du baobab, devant un public de toutes générations, avant le copieux intermède gourmand proposé par l’association Ndoyé Centrafrique.

Et tout se concluait en charme, en couleur et en beauté par le défilé de mode africaine de la styliste fleuryssoise Fatoumata Traoré, invité par l’association Maman chérie. Couturière styliste guinéenne, celle-ci « porte haut les couleurs de l’Afrique dans le domaine de la couture », puisant son inspiration à travers les différentes cultures et traditions africaines en y ajoutant l’originalité de sa touche personnelle. Elle a commencé la couture dès l’âge de treize ans « par passion », dit-elle, et suivi 5 années d’apprentissage en Guinée dans une maison de couture avant d’effectuer un stage en Gambie. Tout en proposant deux à trois défilés par an dans la métropole orléanaise, recrutant ses mannequins dans son entourage, « son équipe », comme elle dit, Fatoumata souhaite aussi développer son entreprise en formant des stagiaires apprentis.

J.L. B.

Autres rendez-vous

Samedi 26 janvier (16 h 30), « Contes du village de mes grands-parents » par Fine Poaty (enfants à partir de 3 ans).

Samedi 2 février (16 h 30), spectacle « Au bord du fleuve Congo » par Abdon Fortuné Koumbha Kaf (enfants à partir de 6 ans). Ces deux séances sont gratuites. Réservation obligatoire.

Afficher les commentaires