La phase de démolition de l’ancienne maison d’arrêt d’Orléans part sur de bons rails

C’est à coups de pelleteuse rageurs qu’à été entreprise, début janvier, la phase de démolition de l’ancienne maison d’arrêt d’Orléans. Exit les cellules vieillottes, le quartier d’isolement et la cour de promenade, place désormais au futur centre aqualudique, baptisé “L’O” après consultation de la population. Sa construction démarrera en juillet 2019.

La phase de démolition bat son plein sur le site de l’ancienne prison d’Orléans.

Derrière les hauts murs qui se dressent  autour de l’ancienne maison d’arrêt d’Orléans, construite en 1896, la phase de démolition bat son plein. Depuis le début de cette année 2019 exactement. Des coups de pelleteuse ravageurs pleuvent sur l’un des pans de la prison, délabrée, acquise par la Ville à l’État en novembre 2018 pour 1,3 millions d’euros. Nous sommes là près du bâtiment principal, dont il ne reste plus grand chose. Des tonnes de gravats jonchent le sol. Ceux-ci ne tarderont d’ailleurs pas à être évacués, puis concassés. “C’est-à-dire que leur volume sera réduit, puis ils seront réutilisés, en remblais par exemple”, avance Vincent Gantzer, responsable technique de la société Cesam, en charge des travaux. 

Livraison de “L’O” à l’horizon 2020

C’est ici que viendra s’installer le futur centre aqualudique, baptisé “L’O” suite à une consultation citoyenne en ligne. Sa construction devrait débuter en juillet, après une opération de terrassements prévus mi-juin. Mais il reste encore à faire. Si les terrains de sport et la cour de promenade ont disparu, des murs sont encore à abattre. Ceux de l’aile “isolement et quartier disciplinaire hommes”, qui tomberont dès la semaine prochaine. Néanmoins, la “fresque des nageurs” (voir photo ci-dessous) sera conservée dans le complexe aquatique.

Pour préserver un lien avec le passé, la “fresque des nageurs” présente dans l’ancienne maison d’arrêt sera conservée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’étape du désamiantage s’achèvera elle d’ici trois semaines dans le bâtiment administratif. Enfin, le mois d’avril sera consacré à la destruction des murs d’enceinte. D’ici deux ans, l’ancienne prison d’Orléans cédera sa place à un complexe aquatique flambant neuf de 4.000 m2, entouré de 2.000 m2 d’espaces verts. Le futur équipement sera doté notamment de trois bassins en inox, dont un de 25 mètres. Un gros chantier  en perspective, estimé à 25 millions d’euros.

 

La démolition de l’ancienne prison d’Orléans en chiffres :

– 1 million : le coût, en euros, du chantier de démolition de l’ancienne maison d’arrêt.

– 17.433 : le nombre de tonnes de déchets à évacuer, dont 15.000 tonnes de gros oeuvre.

– 9 : en tonnes, le poids de la fresque qui sera conservée dans le futur équipement aquatique.

– 4.000 : comme la surface, en m2 de “L’O”, qui sera paré de 2.000 m2 d’espaces végétalisés.

– 2 : c’est le nombre de pelles hydrauliques qui s’attellent à la démolition de l’ancienne prison.

 

Yohann Desplat

 

Afficher les commentaires