“Mon ange”: la fille de Kobané à Chécy

Il y a les films de guerre qui à force d’effets spéciaux chaque jour plus développés nos plongent dans un effroi dont on ne sait plus très bien si c’est pour s’en délecter ou nous la faire redouter, et puis il y a ce théâtre de guerre proposé dans un seule en scène interprété par Lina El Arabi qui vous saisit au ventre pour vous raconter l’histoire de Rehana, la fille de Kobané appelé “Mon ange” par son père devenue le symbole de la résistance à l’Etat Islamique.

cl Fabienne Rappenau

Car c’est bien l’histoire de cette combattante de légende, comme chaque guerre en produit, que nous contait ce jeudi soir Lina El Arabi sur la scène de la salle George Sand à Chécy. Fille d’un petit fermier kurde cultivant ces pistaches qui agrémentent nos apéros, Rehanna rêvait de devenir avocate en écoutant Beyoncé… mais elle habite tout à coté de Kobané, petite ville à la frontière syro-turc, ville martyre et symbole durant des mois de siège, de la résistance victorieuse à l’expansion de Daesh, notamment grâce à des unités de milice féminine qui terrorise l’adversaire…

Le récit à la première personne que nous en fait la comédienne en multipliant les dialogues nous plonge dans l’histoire de “Mon age” au “premier plan”, nous saisissant et nous entraînant dans l’implacable destin de cette jeune femme libre, pacifiste mais combattante “avec les armes du tyran contre la tyrannie”, destin que Rehanna affrontera jusqu’à la mort. Et c’est avec un talent d’exception que nous conte cette histoire Lina El Arabi, dans un décor et une mise en scène aussi puissante qu’effroyable…

La tournée de ce spectacle s’arrêtait ce jeudi soir avec sa dernière représentation et c’est avec beaucoup d’émotion que la comédienne (dont c’était le premier spectacle professionnel) a remercié le public qui l’a acclamée debout pour clore deux années de représentations partout en France. Et s’il on peut regretter cette fin de tournée, chacun est reparti convaincu que cette sale guerre n’est pas finie et que la leçon de courage donnée par ces femmes kurdes devrait inspirer un respect et une protection que nos pays occidentaux semblent avoir bien du mal à leur assurer.

GP

“Mon ange”

Jeudi 31 janvier à 20h30 – Espace George Sand Chécy

avec Lina El Arabi dans le rôle de Rehana
Mise en scène de Jérémie Lippmann
Décor de Jacques Gabel
Lumière de Joël Hourbeigt
Son de Adrien Hollocou
Costumes de Colombe Lauriot-Prévost

 

Afficher les commentaires