Voyage intérieur à Concarneau

Au fin fond du Finistère, Concarneau est devenue grâce à son spa marin, une des destinations phares de la thalasso en Bretagne. Il est aussi fort agréable de s’y promener dans la ville close ou de profiter du grand large, sur  le chemin côtier.

A Concarneau,  il y a le vent, l’Océan et la fameuse ville close, entourée de hautes murailles qui fut malgré sa petite taille, la quatrième place forte de Bretagne au XIVe siècle. Aujourd’hui, seuls une centaine d’habitants y vivent encore à l’année dans de solides maisons de granit, battues par un vent glacial l’hiver. Par une des portes latérales, on aperçoit la criée, centre nerveux de la ville, avec ses nombreux chantiers navals et ses trois dernières conserveries. L’activité y bat son plein très tôt, tous les matins. Pourtant, le port qui était dans les années 90 le quatrième port de pêche fraiche  après Boulogne et Lorient, a réduit la voilure (6000 tonnes/an).  Il  reste cependant ici quelques thoniers qui vont pêcher au loin et une  belle flottille de bateaux côtiers. Ils débarquent une matière première de qualité à forte valeur ajoutée, vendue à la criée. Juste à côté, le quartier du quai Carnot est  en pleine restructuration.

Restaurant Le Chantier

Des commerces devraient s’y installer, mais pour l’instant, seul « le Chantier » a ouvert ses portes à la fin de l’année, dans un ancien bâtiment de stockage de la criée. L’espace est gigantesque, 600 mètres carrés, avec deux bars, une terrasse couverte, deux salles de séminaires.  Et la vue sur le port  imprenable, notamment de l’étage où l’immense pignon Ouest est entièrement vitré. La carte y valorise, comme il se doit dans un tel lieu, les produits issus de la pêche locale et respecte  les saisons. Un choix clairement assumé par les actionnaires et le chef Mickaël Rigous, un breton de 35 ans qui a travaillé au Moulin de Rosmadec  et à la Taupinière.

Pause « slow time »

De quoi attirer le chaland, comme la thalasso, fréquentée depuis son ouverture en juillet 2015, par 50% environ de clientèle locale. Sa déco grand luxe, toute en bois et pierre, son sauna vitré, avec vue sur la piscine et l’Océan en contrebas, casse les codes habituels des thalassos.

On est face à la plage des Sables Blancs et du chemin des douaniers à l’entrée de la ville, à vingt  minutes du centre. L’établissement un spa marin, initié par le groupe Thalgo, leader de la cosmétique marine professionnelle, est luxueux, chaleureux et idéal pour une pause  « slow time », le dernier né de la palette de programmes originaux initiés par Caroline Mahé-Léa, la jeune et dynamique directrice.  Un programme original et intrigant avec hypnose,  reiki et  autres disciplines.  C’est Thierry Lapalus, un talentueux énergéticien qui a effectué ses études d’énergéticien au Quebec, qui initie les clients au reiki, une méthode japonaise d’apposition des mains sur les chakras pour stimuler les défenses immunitaires, soulager le stress et la douleur, dénouer les tensions émotionnelles et surtout accélérer l’auto-guérison. C’est puissant et on en ressort profondément apaisé. Même si Thierry Lapalus, prévient qu’il peut y avoir de curieux effets : larmes pour certains ou petites pathologies qui ressortent deux ou trois jours après. Comme si le corps s’auto guérissait.  A tester, sans faute également, le Bakti, un massage originaire de Floride, extrêmement lent du corps entier, qui est dit la brochure du centre, « un cadeau que l’on se fait pour développer et nourrir une relation à soi, en agissant en pleine conscience ». On confirme, c’est un vrai voyage intérieur. 

On peut aussi leur préférer les fondamentaux du secteur, comme les soins à base d’eau de mer et des programmes plus classiques aux noms évocateurs (voyage des sens, beauté marine, …) à adapter sur quatre, cinq ou six jours avec des modelages, des enveloppements et des soins d’hydrothérapie  pour les jambes, la minceur ou le bien être

Plage des Quatre sardines

Autre possibilité : rejoindre le chemin côtier juste en face de la thalasso, pour une grande promenade. On longe les anses de St-Jean et de St-Laurent, en passant notamment par la plage des quatre sardines, un peu à l’écart l’été. La vue sur l’ensemble de la baie et ses îles, dont l’archipel des Glénan, à 20 kilomètres au large, qui abrite la fameuse école de voile, est splendide.   

Bénédicte de Valicourt.

 

Carnet pratique

Y aller :
En avion : Paris/Qimper en 1H30
En train : Paris/Quimper ou Paris/Rosparden en 3H25 environ avec la LGV.

Ou dormir ?

-Chambres ou appartements à la Thalasso Concarneau, 36, rue des Sables-Blancs. Tél. :02 98 75 05 40. www.concarneau-thalasso.com.
-Hôtel Les sables blancs, 45 Rue des Sables Blancs, Tél. : 02 98 50 10 12.

Où manger ?

– « Le Domaine » à la Thalasso, cuisine à base de produits frais, concoctée par un jeune chef talentueux.
– Le Chantier : 02 98 98 03 90.
Le Flaveur,4 rue Duquesne, Tél. : 02 98 60 43 47

Où boire un verre ? 
Bar de nuit les Korrigans ou chez « Guitte » : on y boit, on y danse et on s’y encanaille jusqu’à 5H du matin, heure à laquelle résonne la chanson La Taverne des korrigans, composée par Régis Guillemet, avec en guest la voix de « Tante Guite », l’ancienne propriétaire de ce débit de boisson fondé en 1885.  2 av. du Dr Pierre Nicolas. Tél. :: 02 98 97 02 37.

Où se renseigner ?

Office du tourisme. Quai d’Aiguillon, Tél. : +33 (0)2 98 97 01 44 
www.tourismeconcarneau.fr

Que voir ?

-L’été, visites guidées des 9 500 m2 de la criée de Concarneau, le mardi et jeudi, de 6 h à 8 h. Réservation auprès de la maison du patrimoine. Tél. 02 98 60 76 06 ou à l’office de tourisme. Tél. : 02 98 97 01 44
-Le Musée de la Pêche, 3 rue Vauban – Ville CloseTél. 02 98 97 10 20
museepeche@cca.bzh

-Le Marinarium. C’est le plus ancien Marinarium de France pour une découverte passionnante de la biodiversité des océans. Place de la CroixTél. 02 98 80 81 64contact.concarneau@mnhn.fr

-Les vieux gréements sur le port de plaisance en pleine expansion. L’été possibilité de rejoindre les îles Glénan en participant aux manœuvres à la voile à bord du Popoff, un vieux gréement. Retour au port de Concarneau vers 18h30 selon la météo. Tél. 06 84 87 15 74 – 06 81 98 64 44
www.popoff-voile.com. Sorties d’avril à septembre
Tarifs : 59 €. Billets en vente à l’Office de Tourisme.

En juillet-août ou sur réservation pour un groupe, découverte de la pêche en mer et de la pêche au gros à bord du « Santa Maria », un ancien sardinier, en compagnie de deux marins professionnels. 2 rue du Verger – KerléanTél. 06 62 88 00 87www.santamariapeche.com
santamariapeche@wanadoo.fr

Qu’acheter?

-A la boutique « Sentier côtier » dans la ville close, des caramels au beurre Bordier en passant par les nappes et coussins, tout est made in Bretagne. 36 Rue Vauban, Tél. : 09 83 34 91 07

La galerie Gloux est une institution dans cette ville qui a accueilli de nombreux peintres, qui formèrent le groupe de Concarneau. C’est eux qui avec leur pétition sauvèrent les remparts de la vente et furent classés. Face au port de plaisance, Tél. : 02 98 97 32 23 galerie-gloux@wanadoo.fr

 

-Atelier-Boutique Valérie Le Roux, très belles céramiques colorées dans cet atelier où officie l’artiste tous les jours.4 rue Dugay Trouin. Tél. : 02 98 50 82 13.

– Boutique Courtin , conserverie artisanale dans la ville close,5 place Saint-Guénolé. Tél : 02 98 60 44 97.

-« Le chien jaune » de Georges Simenon, dont l’intrigue se déroule à Concarneau.

Le GR34 ou « sentier des douaniers », longe le littoral breton sur plus de 2000 kilomètres.

 

Zoom sur la cure « Slow time »

Programme de 6 jours soit 18 soins + 1 atelier de méditation pleine conscience ou Qi Qong ou Do in ou yoga ou relaxation ou pilates, etc… 978 euros ou avec chambre double ½ pension : à partir de 1602euros par personne.Egalement proposé en 4 jours/4 nuits et en 5 jours/5 nuits

Et aussi: à partir de mai 2019 : retraite yoga et thalasso 15 soins et 5 séances de yoga sur 6 jours : 1014 euros

Afficher les commentaires