L’intérim toujours porteur 

Le tourangeaux Global intérim vient d’ouvrir deux agences en Loir-et-Cher (Blois et Vendôme). Bien que concurrentiel, le marché de l’intérim reste porteur. Il répond aux besoins de flexibilité des entreprises mais aussi à leur difficulté pour trouver leur main d’œuvre.     

Alors que l’on dénombre + de 25 enseignes de travail temporaires sur Blois, pourquoi diable une nouvelle agence ? « Que l’on soit en début de crise ou en fin, le marché reste soutenu. Les entreprises ont peur de la crise et jouent clairement la flexibilité », explique Eric Doumas responsable RSE au sein de Global Intérim.

Si les derniers chiffres ne traduisent pas forcément cet optimisme avec une baisse constatée en décembre dans les secteurs sensibles à la consommation des ménages, en premier lieu le commerce et dans une moindre mesure, les transports (-2,8 % pour le commerce et -12,8 % dans les transports), le secteur a pourtant progressé de 1.8 % en 2018 et atteint à un niveau historiquement élevé (2).

Pour se différencier, Global Interim mise sur la proximité et ce qu’elle nomme le circuit-court Rh. Pas de gros volumes mais des détachements « cousus mains », ciblés et de qualité. De belles entreprises dans le commerce, l’agriculture ou encore l’industrie lui font déjà confiance et apprécient cette façon de travailler où l’intérimaire est considéré à part entière.

« Nous pratiquons les contrôles de référence sur les 3 derniers emplois et nous sommes particulièrement attentifs sur  le savoir-être des personnes que nous détachons », explique Sébastien Brad, le responsable de l’agence blésoise situé 8 rue de la Garenne. Autre point clef, la formation. Dans ce domaine, Global intérim possède sa propre structure lui permettant d’apporter à ses intérimaires les formations réglementaires requises (habilitations électriques, CACES …) mais aussi de les professionnaliser via des contrats de professionnalisation par exemple.

Un partenariat avec les acteurs de l’emploi

L’entreprise s’investit également dans les dispositifs locaux d’insertion porté par la Mission locale du Blaisois pour l’insertion des jeunes ou le département pour les bénéficiaires du RSA. Elle utilise ainsi la plateforme numérique Jobs41. Lors de l’inauguration de la nouvelle agence le 1er février dernier, Christina Brown, vice-présidente du Conseil départemental en charge du RSA et de l’insertion se félicitait des liens tissés depuis un an avec les équipes de Global Intérim : « beaucoup d’entreprises adhérentes à Jobs41 ne veulent pas être géolocalisées. Elles passent donc par les agences d’emploi. C’est très bien car l’intérim permet de reprendre pied progressivement sur le marché du travail ». 

Sur le marché du travail temporaire, deux autres tendances de fond ont émergé en 2018. D’abord, l’activité recrutement en CDI des agences atteint en 2018 son niveau le plus élevé depuis son lancement en 2005. Les agences d’emplois ont ainsi franchi le cap des 100 000 recrutements annuels (+10 %). « Les agences d’emploi sont désormais le premier recruteur de France » confirme Eric Doumas.

Ensuite, le CDI intérimaire poursuit sa montée en puissance. En 2018, 25 200 contrats de ce type ont été signés (51 600 CDII depuis sa création). « C’est un outil de flexisécurité, il traduit l’engagement du secteur pour être plus inclusif car il permet aux salariés intérimaires de bénéficier de la sécurité d’un CDI et de dispositifs de formation. Les entreprises utilisatrices conservent de leur côté la souplesse du recours à un salarié pour des missions ponctuelles » ajoute E. Doumas en précisant que les salariés sont rémunérés lors des intermissions.

Jean-Luc Vezon

1 -La « crise des gilets jaunes » pourrait constituer un facteur d’explication de la dégradation dans ces deux secteurs.
2 – Source baromètre Prims Emploi de décembre 2018.

 

Afficher les commentaires