Lancement de Setting’Up : portail régional du foncier et de l’immobilier d’entreprise

Nouvelle brique de sa politique d’attractivité territoriale, la région Centre-Val de Loire a lancé officiellement Setting’Up un outil en ligne innovant et fédérateur le 7 février dernier à Vendôme.

Alors que la fabrique de maroquinerie Louis Vuitton (groupe LVMH) s’installe à Vendôme et créé 200 emplois, le lieu est symbolique. C’est devant les élus de Territoires Vendômois et les acteurs économiques du Loir-et-Cher que François Bonneau et les équipes de Dev’Up ont présenté le dernier bébé de la politique de développement économique régionale.

« Mis en place et géré par l’agence régionale Dev’Up, Setting’Up est un outil unique en France (1) qui veut agréger toute l’offre immobilière et foncière accessible aux entreprises et aux porteurs de projet désirant  s’installer dans notre région. Alimenté par nos partenaires du développement économique, agglomérations,  communautés de communes, CCI … il valorise cette offre avec une entrée territoriale », a expliqué le président lors du comité de Dev’Up en présence notamment du maire de Vendôme Laurent Brillard et de Monique Gibotteau, vice-présidente du département.   

Derrière ce portail « vitrine » de l’attractivité territoriale, c’est aussi un renforcement de l’efficacité de l’action publique qui est recherchée. + 90 % des contacts éco ont en effet pour origine une demande liée au foncier ou à l’immobilier. « En jouant collectif, notre région a encore plus d’impact en terme de capacité d’accueil », a insisté François Bonneau.   

Concrètement, les porteurs de projet qui viendront sur le site seront immédiatement orientés vers une équipe projet. Ils auront au préalable pris connaissance des équipements du bien ou du site et de ses caractéristiques techniques. Un gain de temps considérable dans les faits. 

Si actuellement, 234 terrains et bâtiments sont en ligne sur le site internet www.settingup-centrevaldeloire.fr, d’autres devraient s’y ajouter dans les mois qui viennent en particulier ceux issus du portefeuille des sociétés actrices sur le marché de l’immobilier d’entreprise comme  Arthur Loyd par exemple.

Les ambassad’Up convaincus

Invités à la réunion, plusieurs dirigeants d’entreprises ambassadeurs de Dev’Up (il y a en a 100 au total en région) ont manifesté leur intérêt pour ce portail. C’est le cas par exemple de Wladimir Kirgo, directeur commercial d’IDEC (ingénierie et construction de bâtiments, Blois) qui pointe « la création de liens dans le cadre d’une vraie démarche projet pour faire vivre l’offre territoriale mais aussi un atout compétitivité pour la région et Dev’Up ». Président de Getinge-La Calhène à Vendôme (solutions de confinement), Boris Léonard y voit de son côté « une initiative agile au service des entreprises et qui renforce leurs réseaux ».

Les participants à la visite chez GETINGE autour de François Bonneau

Les échanges se sont conclus sur la thématique de la formation et le sempiternel sujet des difficultés de recrutement. « Avec 6 % de taux de chômage sur le Vendômois, beaucoup d’entreprises industrielles peinent pourtant à recruter »  a déclaré  Magali Royer-Marty, présidente du Cercle des entreprises du Vendômois (CEV) et dirigeante de Vendôm’Inox en présentant plusieurs actions mises en place collectivement pour attirer les jeunes vers l’industrie.   

François Bonneau lui a répondu que la région entendait travailler encore plus avec les entreprises sur les bassins d’emploi pour construire les formations « à la carte » dont elles ont besoin en particulier dans le cadre de 23 Cordées emploi, formation et orientation. Celle de Vendôme se tiendra le 19 mars prochain.

Jean-Luc Vezon.

1 Un projet similaire de la fédération des agences de développement (CNER) est toujours en chantier.

Getinge – La Calhèneleader mondial vendômois

Située sur le parc technologique du TGV à Vendôme, cette pépite, filiale française du groupe suédois Getinge qui l’a rachetée en 2005 connait un développement important.

« Nous avons réalisé 66.5 millions d’€ de CA en 2018 et espérons dépasser la barre des 100 millions dans le cadre de notre plan de croissance 2025 » a expliqué son président Boris Léonard en amont de la visite de cette usine ultra moderne qui comprend notamment plusieurs salles blanches (1200 m² au total sur 9000 m²).

Positionnée sur le marché du nucléaire (25 %) et de la pharmacie (75 %), le site, rattaché à la division Life science de Getinge, produit des isolateurs et des systèmes entourant ces équipements (son brevet DPTE est le standard mondial). Il comprend aussi un centre de recherche de 50 personnes et travaille en mode projet avec tous ses clients.

L’entreprise, qui emploie actuellement 230  salariés réalise une large partie de son CA à l’exportation (80 % sur le segment pharma). Boris Léonard a révélé qu’un  projet d’extension est actuellement à l’étude tandis que Getinge prévoit le recrutement de 25 salariés (essentiellement des techniciens et ingénieurs) en 2019.

Afficher les commentaires