Paris-Orléans: les places de la République contre l’antisémitisme ce mardi à 19h

Pour le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, “la volonté gouvernementale est d’être présent”, à cette marche, a-t-il assuré sur Europe 1, lundi. “C’est la responsabilité des ministres, de l’exécutif et des parlementaires que de s’y rendre”, a-t-il indiqué au micro d’Audrey Crespo-Mara, afin de “marquer l’unité nationale derrière des faits incroyables”. 

“Il faut qu’on ait une image forte“, a indiqué le ministre, pour “mettre un coup d’arrêt à ces éléments-là”, alors que le nombre d’actes antisémites a fortement augmenté en 2018. “C’est une affaire de la société française qui doit se défendre contre ceux qui font défaut à ce qu’est la France ».

Ce  rassemblement contre l’antisémitisme est organisé mardi à Paris par quatorze partis politiques. L’Élysée  a annoncé ce lundi 18 que le président de la République n’y participera pas mais des membres du gouvernement s’y rendront.

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure, à l’initiative du rassemblement, avait appelé ce lundi sur RTL Emmanuel Macron à y participer pour « dire que la République condamne fermement, définitivement, de manière absolue, toute forme de haine et notamment l’antisémitisme ».

Le président de la République « a toujours été très réactif », pour dénoncer les actes antisémites, souligne l’Élysée, qui rappelle qu’Emmanuel Macron s’exprimera mercredi soir au dîner du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) et qu’il a téléphoné samedi à Alain Finkielkraut, l’académicien, pris à partie en marge d’une manifestation de Gilets jaunes. Le parquet de Paris a ouvert une enquête “pour injures publiques, en raison de l'(origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion”. 

Quarante croix gammées à Blois

Pour ceux qui ne pourrait être à Paris mardi des alternatives existent en région. Un rassemblement aura lieu à Blois (Loir-et-Cher) où une quarantaine de croix gammées ont été découverts le 13 février sur des immeubles en construction.

Tags nazis : la contagion

A Orléans, c’est aussi place de la République et à la même heure, 19h, qu’est organisée une manifestation contre l’antisémitisme.

 Un certain nombre de parti de gauche, Parti Socialiste Orléans et Loiret, Parti Communiste Loiret, Europe Ecologie Les Verts 45, En Marche Loiret, Les Républicains 45, France Insoumise Orléanais, Parti Radical de Gauche 45, ont lancer un appel pour un rassemblement contre l’antisémitisme. D’autres organisations sollicitées s’y joindront sans doute…

Des tags antisémites sur la façade d’un Bagelstein à Paris

Des tags antisémites sur la façade d’un Bagelstein à Paris.

“Les partis politiques du Loiret lancent un appel contre l’antisémitisme. Les actes antisémitiques se sont dramatiquement multipliés au cours de l’année 2018. ça suffit !

L’antisémitisme n’est pas une opinion, mais un délit. Il est redevenu une incitation au meurtre. Ilan Halimi, les enfants de l’école Ozar Hatorah, les victimes de l’Hyper Cacher, Sarah Halimi, Mireille Knoll, tous ont été assassinés, parfois torturés, parce que Juifs. Ça suffit !”, expliquent les parti signataires.
“Nous sommes tous concernés. L’antisémitisme n’est pas l’affaire des Juifs. Il est l’affaire de la Nation toute entière. Nous portons dans le débat public des orientations différentes, mais nous avons en commun la République. Et jamais nous n’accepterons la banalisation de la haine” C’est pourquoi nous appelons l’ensemble des habitants du Loiret à se réunir à Orléans pour dire ensemble : non l’antisémitisme ce n’est pas la France”.

En attendant le début du rassemblement les manifestants par solidarité pourront toujours aller se restaurer chez Bagelstein, place de la République à Orléans, dont un des restaurants a été tagué à  Paris.

 

Afficher les commentaires