600 personnes à Orléans pour crier “ça suffit” à l’antisémitisme

Place de la République à Paris, ils était plusieurs milliers, à Orléans place de la République à la même heure, on comptait environ 600 personnes venues dire non à l’antisémitisme. Ce qui est un incontestable succès en pleine vacances. A Paris le ban et l’arrière-ban de la classe politique et du gouvernement, à Orléans, tout l’échiquier politique s’était regroupé autour de la statue de la République et de sa devise, “liberté, égalité, fraternité”. 

A l’initiative du Parti socialiste un représentant de chaque parti s’est exprimé brièvement dans un silence qui traduisait une forte émotion. Seuls bémols: la sono tombée en rideau ce qui laisserait à penser, diraient certains, que le Parti socialiste n’est plus audible… En tous cas, ceux qui n’étaient pas dans les premiers rangs n’ont rien saisi de ces quelques paroles. Deuxième couac, aucun représentant de l’UDI n’a été convié à s’exprimer. En l’absence de son président pour le Loiret, Florent Montillot, d’autres membres comme Marie-Agnes Linguet, maire de Fleury-les-Aubrais et Jean-Pierre Gabelle notamment étaient pourtant présents.

L’antisémitisme ce n’est pas la France

A l’exception notable du Rassemblement National qui n’avait pas été invité, droite, gauche et centre, ont pu dire que “l’antisémitisme ce n’est pas la France”, comme l’a répété Constance de Pélichy, maire de La Ferté-Saint-Aubin, pour LR. “L”antisémitisme ce n’est pas la France c’est un affront fait à la  France”. Les militants de la France Insoumise comme Jean-Luc Mélenchon à Paris, avaient eux aussi répondu à l’appel et Karine Fischer a lancé, “tout acte et toute parole d’antisémitisme est inacceptable”. 

Hélène Mouchard Zay, anciennne présidente du CERCIL avec Constance de Pélichy et Baptiste Chapuis.

En préambule, Baptiste Chapuis (PS) qui était à l’origine du rassemblement a lu la déclaration nationale: “Parce que la paix et la concorde civile sont notre bien commun le plus précieux, parce que nos valeurs communes sont plus fortes que nos divergences, nous en appelons à un sursaut des consciences, et à l’engagement de chacun pour lutter fermement contre toute expression antisémite, contre toutes les formes de haine qui sont la négation même de ce qui fait la France”,. 

Dominique Tripet pour le PC a regretté que depuis élection au conseil municipal d’Orléans, “c’est le dixième rassemblement de ce genre que je fais, non la France ce n’est pas ça”, a ajouté l’élue qui a cru bon ensuite de partir sur les responsabilités des gouvernements et des élus envers la misère sociale. Une digression politique qui lui a valu quelques mouvements désapprobateurs pour ne pas dire plus. 

Le dire partout

Pour Carole Canette (PS), “il ne faut pas laisser l’antisémitisme s’installer, la bête est tapie dans l’ombre”. Et d’inviter les gens à en parler au travail, dans les bus les associations, partout, et d’inclure sans vergogne les réseaux sociaux, alors que ces canaux sont les premiers à véhiculer l’antisémitisme, on l’a vu avec les gilets jaunes. Bizarre.

Le maire Oliver Carré en discussion avec les membres de la communauté juive d’Orléans.

Autour d’Olivier Carré, le maire et le président de la métropole, orphelin de LR,  qui n’a pas été invité à s’exprimer puisque seuls les représentants des partis ont eu droit à la parole, une bonne partie de son conseil municipal. Il y avait là encore François Bonneau, le Président de région, Marc Gaudet du département. Jean-Philippe grand (EELV), Nicolas Bertrand (LREM), Valmy Noumy (MoDem), qui ont estimé notamment que “les actes justifient l’urgence d’agir, jamais nous ne céderons face à la violence”.

Pour clore la cérémonie, une salve d’applaudissements pour se faire entendre, un “ça suffit” scandé, puis une Marseillaise ont été repris en choeur par les manifestants dont on aura pu noter une fois de plus l’âge avancé. L’antisémitisme ne concernerait-il pas les jeunes ou la méthode employée est-elle inapte à les mobiliser? Ce constat, lui non plus, ne doit pas laisser  indifférent.

Ch.B

Afficher les commentaires