Orleans quitte la coupe de France la tête haute, battue 2-0 à Rennes

Lâcher les rennes

Pas intimidée par l’enjeu, l’USO a effectué un très bon début de rencontre qui aurait pu déboucher sur un fol espoir avec la superbe occasion de Benkaid à la 15e.
Mais c’est Niang, averti pour une faute stupide sur Mutombo à la 16e, qui rate l’ouverture du score au point de penalty à la 19e, juste avant une dangereuse contre- attaque de Ziani.

Les Orléanais acculés dans leur surface de réparation.@USO

La VAR libératrice d’Orleans.

Les Rennais prennent progressivement la direction des opérations. À la 20e un magnifique coup franc de Grenier rebondit sur la barre avant d’être repris du coude par Da Silva. Logiquement, grâce à la VAR, le but rennais est refusé.
Grenier se voit donner une 2e chance à la 30e, mais son coup-franc passe au-dessus de la lucarne.
À la 40e, Grenier toujours lui, croit obtenir un penalty, mais à nouveau la VAR sauve Orleans, Cambon n’ayant aucunement touché le pied du milieu rennais.

Orleans en apnée 

Hatem lBen Arfa.@Stade Rennais

À la reprise dès la 47e, Niang puis Sarr manquent le cadre et Gauthier Pinaud provoque à la 50e un coup-franc à la limite de la surface. Le temps fort des Bretons est ponctué par une frappe non cadrée de Ben Arfa. Orléans souffre encore davantage à la 52e sur une magnifique combinaison Ben Arfa-Sarr-Niang.

 

Calvaire breton

Gaëtan Perrin reste précieux défensivement, mais les pertes de balle sont beaucoup trop précoces. L’entrée de Quentin Lecoeuche à la place de Ziani, touché à la cuisse soulage, mais à la 65e, Renault est battu par le coup-franc de Bourigeaud. 1-0 pour le Stade rennais.
En 5 mn, le match bascule : Niang sur un caviar de Ben Arfa double la mise à la 70e. 2-0, la messe est dite, il y a bien une division d’écart entre les valeureux visiteurs, cuits à l’étouffée, et la seule équipe française encore qualifiée en ligue Europa, même si un tir de Lecoeuche aurait pu faire renaître l’espoir, puis une tête de Cambon repoussée sur la ligne par l’omniprésent Grenier. L’humiliation d’un 3ème but est évité par un sauvetage de Renault face à l’ex-Orléanais Laurienté, tout juste rentré de son prêt et sur le gazon.

De Laurienté à Lorient

Reste la fierté d’un parcours remarquable, très largement joué à l’extérieur, et qui, couplé au huitième de finale de la coupe de la ligue contre le PSG, illumine une saison exceptionnelle. Avec le maintien assuré, qu’espérer désormais ? Un barrage arraché vers la Pacifique ligue 1, désormais à portée d’espérance. Cela passe dès samedi par un exploit à Lorient, l’équipe en forme de Ligue2, défaite par Orleans au match aller.

Composition de l’USO : Renault, Furtado, Mutombo, Cambon, Pinaud (El Khoumisiti (73ème), Lopy, Demoncy (Ephestion, 73ème), Avounou, Ziani (c) (Lecoeuche, 63ème), Benkaid, Perrin.

Afficher les commentaires