Transports en région: une forte majorité derrière les nouvelles grilles tarifaires

Ce n’est pas sur le rapport « mobilités » qui propose des tarifs très attractifs tant sur les trains que sur les bus Rémi que François Bonneau risquait de perdre sa majorité, jeudi en session.  Celle-ci est en effet devenue fragile depuis le départ de deux conseillers régionaux du groupe majoritaire (socialistes et écologistes), Pierre Commandeur et Fabien Verdier. La nouvelle tarification, maintenant à l’initiative de la région, est en effet passée comme une lettre à la poste, votée par 68 voix, 7 abstentions du groupe UDC et une voix contre, celle de Fabien Verdier.  

Les bus Rémi.

La région va donc proposer de nouvelles cartes de réduction pour 30€ un usager pourra bénéficier de 33% de réduction en semaine et de 50% le week-end. Plus intéressant que blablacar ou les bus Macron. « Nous avons fait le choix de proposer des offres rapides, modernes, co-construites avec les territoires »,  a   indiqué Philippe Fournié, le vice-président en charge des transports. Celui-ci se fait même fort de monter à Paris à cinq copains supports de rugby, pour 50€. Ces cartes très attractives qui concernent les bus et les TER, tombent à pic à l’heure où les mouvements sociaux dénoncent l’isolement et le coûts des déplacements.

Peltier: soutien aussi à la voiture

Comme prévu Guillaume Peltier, le patron du groupe UDC, tout en se félicitant de ces nouvelles offres, a lancé, « oui à votre rapport mais nous devons accompagner le soutien à la voiture individuelle, le mode de transport le plus efficace et incontournable », pour certaines catégories de population.  Guillaume Peltier a aussi interpellé le président de région sur le chèque carburant voté en décembre, « où en sommes-nous ? ».

Pour sa part Ludovic Marchetti, (RN) a estimé à propos des transports scolaires que « la gratuité n’existe pas », c’est le contribuable qui paye, il a proposé « d’aller plus loin » que cette nouvelle grille tarifaire mais son groupe a voté en faveur du rapport.  Véronique Péan (RN) a préconisé que sur la future plate-forme déclinant ces offres, soient aussi inclus les taxis en zone rurale qui de la gare transportent l’usager à son domicile. Quant au seul opposant au rapport, Fabien Verdier, il a estimé qu’il « manque de TER » et a défendu mordicus la ligne Paris-Châteaudun, la ville chère à son cœur, pour lui les 200 millions d’euros affecté à Chartes-Voves auraient du l’être sur Paris-Châteaudun.

Les grilles tarifaires nouvelles qui sont clairement concurrentielle des cartes SNCF, seront accessibles en mai et en septembre. La région espère faire ainsi monter le nombre de voyageurs occasionnels de 1,7% ce qui générerait une recette de 4 millions d’euros. Reste maintenant à faire connaître ces offres nouvelles.

Ch.B

Afficher les commentaires