Châteauroux : le complexe culturel Berrylait ouvre ses portes

D’abord laiterie, puis complexe culturel, le site industriel Berrylait ouvre ses portes ce vendredi soir et samedi aux visiteurs curieux de venir découvrir toute l’histoire du lieu, mais également les activités qui l’animent aujourd’hui au quotidien.

Le 93 rue Ampère, à Châteauroux, n’a peut-être pas encore mille vies, mais une première, puis une seconde bien distinctes, c’est sûr. Ce samedi, ces deux histoires se donnent rendez-vous et par la même occasion, invitent les Indriens à venir les découvrir. Ancienne coopérative laitière bien connue des Castelroussins plus âgés (certains en gardent peut-être toujours les moustaches de lait), le bâtiment a longtemps accueilli le travail d’ouvriers, laitiers, transformateurs, livreurs pendant des années avant de finalement baissé le rideau. Les produits ont disparu, mais le nom et le site sont restés. C’est ici, qu’en 2006, des professionnels du spectacle décident d’installer un véritable complexe multitechnico-artistique.

L’entrée de la salle du 9 Cube

La société Imédia, entreprise de prestation technique pour le son, la lumière, la structure et la vidéo, est la première à y poser ses projecteurs et ses câbles. S’ajoutent rapidement un studio d’enregistrement sonore, le local de la radio associative Balistiq, le tout récent Chauffoir, espace de travail danse et théâtre, et surtout la salle de spectacle le 9 Cube, la partie certainement la plus familière aux Indriens férus de musiques actuelles et de concerts. Le lieu, prévu pour accueillir environ 250 personnes, s’est rapidement taillé une place de choix parmi les salles culturelles castelroussines et a permis à la commune de bénéficier d’une offre musicale qui n’existait pas auparavant. Porté par une initiative privée, ce site est unique dans le département par son ampleur et l’écho qu’il reçoit aujourd’hui.

Les photos de l’époque de la laiterie

Charles Guilloteau, président de Berry Lait

Samedi, pour la première fois, les portes seront grandes ouvertes aux curieux, et notamment sur des lieux d’ordinaire fermés. « On aura des animations avec radio Balistiq et au Chauffoir… Le but, c’est de montrer aux gens comment ça marche avec une mise en scène ludique du site, explique Charles Guilloteau, président de l’association Berry Lait qui organise des concerts au 9 Cube. On aura également une salle aménagée pour montrer les photos de l’époque de la laiterie. » Car toute l’équipe espère aussi qu’à travers cette visite, des souvenirs de la laiterie pourront refaire surface.

Les anciennes photos de la laiterie seront présentées au public

« On en profite pour faire un appel à toutes les bonnes volontés. Le site faisait partie du paysage industriel local, alors si les gens ont gardé quelque chose, un objet griffé Berry Lait, un porte-clés, une bouteille, un ticket… ça nous intéresse ! » Cette journée de plongée dans les coulisses se déroulera samedi, de 14 h à 18 h. Mais, dès la veille, il sera possible de faire une première immersion.

Un concert de soutien aura lieu la veille. Objectif : contribuer à la prochaine édition du festival Berry Lait organisé, chaque année, par l’association éponyme pour clore la saison. 2019 sera déjà leur sixième année, les 24 et 25 mai prochain. Alors que les dernières éditions du festival se déroulaient en extérieur, les organisateurs prévoient cette fois de la rapatrier dans la salle du 9 Cube.

« L’édition précédente a été un peu difficile, alors, comme on souhaite maintenir le festival, on a fait le choix de revenir aux fondamentaux et de réduire un peu la voilure. Cette année, ce sera le vendredi soir et le samedi. » Encore quelques semaines à patienter avant de connaître tous les détails de la programmation.

La scène du 9 Cube

Mais pour faire monter le désir et surtout, pour accompagner la pérennité du festival, cette premier étape de leur week-end portes-ouvertes, vendredi, viendra titiller les oreilles des curieux. L’OQNEP, l’Orchestre qui n’existe pas, sera aux commandes. Dès 20h30, cette formation à géométrie variable, aujourd’hui devenu un véritable partenaire du festival Berry Lait, sera sur scène pour une fois encore surprendre son public. « On devrait être cette fois entre 20 et 25 personnes, précise Philippe Chevassus, l’un des membres. Pour le reste, impossible de trop en dire, c’est toujours l’inattendu. » Couleur musicale de la soirée : « fanfaresque ». On oublie le côté défilé, mais on se délecte des notes cuivrées. Saxo, trompette, soubassophone, un peu de guitare et même une cornemuse et un accordéon. La soirée sera festive, ils en font la promesse.

Morgane Thimel.

Afficher les commentaires