Opération ménage dans les rues de Châteauroux

Une cinquantaine de personnes s’est rassemblée dimanche matin pour la première Clean walk organisée à Châteauroux et collecté plusieurs kilos de déchets perdus dans la nature.

Chaque bénévole est venu avec sac et gants

Gants et de sacs poubelles à la main, une cinquantaine de personnes se sont retrouvés dimanche matin sur le mail Saint-Gildas, à l’entrée du centre-ville de Châteauroux. Leur objectif : faire le tour des rues pour ramasser un maximum de déchets. Si de telles opérations collectages de déchets ont déjà été réalisées dans des zones de parcs, c’est la première fois que le centre-ville va être « cleanner ».

Le mégot, assurément le déchet le plus ramassé

« On va faire cinq types de poubelles différentes, à répartir entre vous. Déchets secs, très nombreux, déchets humides, le recyclable, les mégots et une poubelle tout venant » liste Gabriel Bléron-Ponroy. Du haut de ses 16 ans, le jeune homme est référent du mouvement CleanWalker dans le département, une initiative née à Paris il y a quelques mois et popularisé par deux youtubers. Elle essaime partout en France et a déjà collecté plus d’une tonne et demi de déchets. « J’étais déjà sensible à cette question. Et quand j’ai découvert le mouvement, j’ai voulu le relayer dans le département. On est plus efficace quand on fait ce genre d’action en groupe. »

Après cette rapide série de consignes sur le mode de tri des déchets récupérés, le groupe se lance, enthousiaste. « C’est pour la nature parce que sinon, ça fait des saletés qui vont dans la mer et font mourir les poissons » explique Louise du haut de ses quatre ans, très au fait des enjeux autour de la pollution du milieu naturel. Déjà, elle porte un regard affûté à la recherche du moindre petit corps qui n’aurait pas sa place au sol. L’exercice prend rapidement la tournure d’une chasse aux trésors où un simple mégot collecté vaut pour récompense, une bouteille abandonnée un trophée.

A la recherche du bon sac pour son déchet, pas toujours facile

Le moindre petit interstice, comme les plaques métalliques au pied des arbres, est minutieusement fouillé par les membres de l’équipage. Chacun, les yeux rivés par terre, avance au grès des détritus repérées et échange devant les sacs poubelles pour choisir celle qui sera la plus adaptée à recevoir sa moisson. « J’ai déjà collecté une dizaine d’objets, des déchets secs, du papier, du plastique, des capsules, des bouts de mégots, mais ce n’est pas toujours facile de reconnaître le non-recyclable, reconnaît Daniel, venu de la commune du Pont-Chrétien. Je fais déjà des randonnées où je ramasse. Et j’ai trouvé une fois une bouteille dans laquelle se trouvait un squelette de musaraigne qui a été reconnu comme une espèce que l’on n’avait pas vue depuis huit dans le département. Cette bouteille a été un piège mortel pour elle. »

Une jolie moisson pour cette première Clean Walk

Au final, le groupe aura fait une boucle d’environ 3 kms en plus de deux heures et amasser un volume de déchets de plusieurs kilogrammes.

Minutieusement, chaque coin est fouillé

« Avec cette marche, on s’est rendue compte qu’on ne faisait plus attention aux petits déchets : les petits bouts de plastiques, de papier, de verre ou les mégots, les chewing-gum… Mais là, en étant attentif, on réalise, on les voit et il représente une pollution importante » reconnaissent Nahima Khorchid et Séverine Pilorget, toutes deux conseillères municipales, venues soutenir l’initiative. La marche terminée, les services municipaux avaient pour mission de venir collecter les sacs poubelles. Ils seront emmenés au centre de tri de Châteauroux pour y suivre le même parcours que tous les déchets ménagers collectés dans la ville.

Morgane Thimel

Afficher les commentaires