Blois : des formations à la carte

Pour répondre aux besoins de compétences des entreprises, la Région Centre-Val de Loire va concevoir des formations « cousues mains ». Ce nouveau dispositif baptisé DEFI était présenté le 14 mars à Blois en présence de nombreux représentants des branches professionnelles qui se sont montrés intéressés.

Symbole de la volonté du rapprochement entre les acteurs publics (Région, Etat, Pôle Emploi, Missions locales …) en charge de l’emploi et les entreprises, c’est au sein de Tecalemit Aerospace,
une société industrielle de pointe dans le domaine de l’espace (canalisations, 150 salariés, 65 M€ de CA) que la région a organisé ce rendez-vous s’inscrivant dans le cadre des Cordées du territoire 2019. Baptisé Défi (Développement de l’Emploi par la Formation Inclusive), le dispositif a été présenté par le Président François Bonneau lui-même entouré à cette occasion de Marc Gricourt et Isabelle Gaudron, vice-présidents. Issu des financements prévus par le Pacte régional d’investissement dans les compétences 2019 -2022 (1), il prend appui sur un recueil des besoins des entreprises centralisé dans les CODEVE (2) et une ingénierie de formation spécifique.

Des tensions dans le recrutement

Expérimenté en 2018 (en particulier chez Duralex à la Chapelle-Saint-Mesmin), la formule a fait ses
preuves. Les entreprises s’engagent à accueillir les stagiaires, à les encadrer et à les embaucher à
l’issue de la formation. Elles participent également au comité de pilotage. Trois actions DEFI seront ainsi déployées dans chaque bassin d’emploi et une plateforme dédiée mise en place. « Nous voulons ancrer les formations dans tous les territoires et offrir un accès à un 1er niveau de qualification au minimum, comme un Certificat de qualification professionnelle, aux demandeurs d’emploi. Grâce à ces formations de
proximité, nous redonnons l’espoir de retrouver un emploi », a insisté François Bonneau.

Les échanges avec la salle ont permis de mesurer les tensions de recrutement dans de nombreux secteurs : services à la personne, maisons de retraite, transport de marchandises, hôtellerie-restauration, mécanique auto … Tour à tour des représentants du CNPA, de l’UMIH 41 et de l’ANFH mais aussi d’entreprises comme l’ADMR ou Chiesi (pharmacie) sont intervenus pour dire les difficultés à mobiliser une main d’œuvre de plus en plus rétive au CDI et aux conditions de travail difficiles. « Nous avons mis en place un plan d’action au sein du CODEVE. Tout est place, on attend maintenant les demandeurs d’emploi. Mais, il faut leur donner l’envie… », a déclaré Sabine Ferrand, présidente de l’Umih 41.

A l’issue de la réunion, une première convention DEFI a été signée par la Région, Pôle Emploi et l’OPCA Transport avec trois entreprises de transport de voyageurs du département (Kéolis, Transdev, Car Simplon). Elle permettra de former 24 demandeurs d’emploi au métier en tension de conducteur de transport en commun. Ils accéderont à un poste à l’issue de leur parcours.

(1) Sur une enveloppe de 40 millions, 31 millions sont consacrés à 7000 places de formation en plus en 2019.
(2) Comité de développement associant l’Etat et la région (ex SPE)

Jean-Luc Vezon

Afficher les commentaires